Apt Pupil
Accueil Critiques Apt Pupil

Apt Pupil

par Olivier Guéret
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 111’
Genre:
Date de sortie: 30/12/2000

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Lorsque Todd (Brad Renfro) découvre la véritable identité d'un certain Arthur Denker (Ian McKellen), un vieillard qui habite depuis des années près de chez lui, il préfère le faire chanter que de divulguer son identité. Fasciné par l'holocauste, il obligera l'ex-SS à lui raconter tous les détails au sujet des camps de concentration en échange de son silence. Ce pacte morbide, sorte de jeu de maléfique où l'on ne sait plus qui est le chat et qui est la souris, réveillera une escalade de violence entre les protagonistes...

 

Notre critique:

Après un bluffant USUAL SUSPECTS, au succès mérité et à la flopée d’acteurs maniant les mots avec une verve qui se conjuguait à une mise en scène diabolique, Bryan Singer avait placé la barre très haut. Si APT PUPIL (le titre est déjà effrayant puisqu’il faut le traduire par un élève doué) n’est pas à la hauteur de son grand frère, il cerne deux personnages dans un face à face intéressant. D’un côté un jeune garçon de 16 ans et de l’autre un vieux nazi.

Deux êtres face à face, un diable fatigué et un jeune apprenti. Le premier veut oublier et le deuxième veut tout savoir, satisfaisant une curiosité mal vue. Tout au long de leurs échanges verbaux, les rôles ne cesseront de s’intervertir, brouillant nos pistes du savoir. Le mélange est homogène et nous empêche de dissocier le bourreau de sa victime. Qui tient les rennes de cette machination hors du commun? L’ado réveille les démons intérieurs d’un vieux nazi, allant jusqu’à lui faire reprendre goût à la violence et aux sentiments hiérarchiques. La mise en scène est, de nouveau, remarquable, attentive aux faits et gestes de deux jouteurs inspirés. Le montage et l’orchestration de John Ottman souligne avec vigueur la force du propos. Mais ce n’est qu’une toile de fond, un mate painting pour décoder les manipulations d’une personne sur l’autre afin de connaître les pensées de l’un et les désirs secrets de l’autre. La violence mentale ou physique présente au coeur de ce conte noir n’est qu’un procès d’intention mené contre l’influence qu’ont certaines personnes sur leur entourage.

Le duo, involontaire, de Ian McKellen (l’ancien soldat allemand) et de Brad Renfro (en tortionnaire mental) est incroyable. Le jeu de McKellen, après RICHARD III, ne fait qu’accroître son époustouflante qualité d’interprétation. Son tortionnaire est à la hauteur du partenaire, touchant l’ignominie des plus grands pervers. Ils font naître une atterrante complicité.

Pourtant malgré ce cortège de fleurs, le malaise perdure après une fin à prendre avec des pincettes. L’ouverture finale est plus que dérangeante. Le lavage de cerveau est parvenu à son terme et ne fait qu’alourdir un sentiment d’écoeurement latent. APT PUPIL est un thriller psychologique oppressant à ne mettre que devant des yeux politiquement corrects !