An - Les délices de Tokyo
Accueil Critiques An – Les délices de Tokyo

An – Les délices de Tokyo

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Les délices de Tokyo

Equipe: Kirin Kiki, Kyara Uchida, Masatoshi Nagase, Naomi Kawase
Durée : 113’
Genre: Drame
Date de sortie: 10/02/2016

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Tokyo, les cerisiers sont en fleurs. Dans une petit baraque qui ne paie pas de mine, Sentaro prépare des pâtisseries, des dorayakis, faits de pâte à crêpe entourant une confiture de haricots rouges. Alors qu’il a mis sur sa baraque une annonce pour embaucher du personnel, Tokue Yoshii, une dame de 76 ans, vient proposer ses services...

 

Notre critique:

Trois êtres en marge, une jeune ado solitaire à la mère absente, un pâtissier bougon et une vieille grand-mère jadis atteinte de la lèpre, se retrouvent autour d’une baraque de pâtisseries et surtout autour d’une recette, celle des dorayakis, une spécialité japonaise.

Filmé précieusement par la réalisatrice de STILL WATER, Naomi Kawase, AN (LES DELICES DE TOKYO) bénéfice d’une mise en scène soignée qui s’attache aux détails (les plans appuyés sur la nature ou les objets sont foison) et nous entraîne avec passion dans les méandres de la vie de ces trois êtres.

Tout en non-dit, comme les japonais savent le faire avec une grâce et une humilité immenses, le film est à la fois profondément humaniste et animiste, nous donnant à réfléchir tant sur le sens de la vie que sur la notion -ô combien délicate à aborder- de l’exclusion.

Sans jamais le formuler ouvertement, LES DELICES DE TOKYO nous enseigne qu’il ne faut jamais se fier aux apparences, qu’il faut savoir trouver dans l’expérience des autres, et surtout des anciens, l’enrichissement de notre propre savoir et de notre propre vécu.

Malgré le drame qui termine le film, Naomi Kawase tisse une oeuvre magnifique de finesse, de tendresse pour ses personnages et d’une introspection rare qui laisse, au sortir de la salle de cinéma et bien après aussi, une douce musique dans le coeur et l’esprit, une quiétude de l’être et une envie folle de goûter bien vite ces fameux dorayakis…

 

Ces articles pourraient vous intéresser