Amanda

Amanda

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Cotation :

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

La petite Amanda, 7 ans, est seule à l’école. Elle attend David, le frère de sa maman, qui, une fois de plus, est en retard. Lorsqu’il la ramène enfin à la maison, sa soeur l’enguirlande sec et lui fait comprendre qu’il est temps qu’il grandisse un peu...

 

Notre critique:

AMANDA fait partie de ces films français post 13 novembre qui tentent d’aborder la difficulté de vivre ou de survivre après des événements terroristes. Film au sujet difficile par excellence, AMANDA reprend la thématique que Mikhaël Hers avait déjà abordé dans son CE SENTIMENT DE L’ETE, à savoir la disparition d’un être cher et la difficulté de faire son deuil face à une situation imprévue et incompréhensible.

Car AMANDA ne parle pas directement du terrorisme, celui-ci étant juste une toile de fond pour un récit plus initiatique impliquant David et Amanda, chacun devant faire leur deuil, chacun devant grandir face à l’adversité de la perte impromptue d’un être cher.

Clairement, Mikhaël Hers et sa co-scénariste Maud Ameline ont réussi à brosser un portrait touchant et tendre des deux protagonistes usant à la fois de la nonchalance naturelle (entendez non-jouée), du côté touchant de Vincent Lacoste (PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE) et de l’innocence de la très jeune Isaure Multrier (qui est parfois dans un jeu un peu décalé par rapport aux situations).

Malheureusement, le sujet n’est pas très original et le traitement collant au plus près des personnages ne fait que renforcer l’impression de déjà-vu des situations même si celles-ci “sonnent” plutôt justes.

 

Ces articles pourraient vous intéresser