All Is by My Side

All Is by My Side

Ceux qui s’attendent à un biopic fidèle sur Jimi Hendrix en allant voir ALL IS BY MY SIDE en seront pour leurs frais.
En effet, John Ridley, scénariste et réalisateur du film, n’a pas choisi d’être exhaustif ni forcément fidèle au détail de la vie du personnage. Il a plus tenté de nous faire pénétrer dans l’univers d’un génie musical, homme destructeur et artiste changeant.
La forme du film est à l’image du personnage, très libre, mêlant inserts d’images d’archives avec une fiction qui suit l’inspiration de Jimi Hendrix au fil des mois qui ont vu son départ de New York pour Londres où sa carrière va décoller. Il montre à quel point le brillant guitariste s’est laissé manipuler et balloter de gauche à droite ne s’intéressant qu’à la musique et à ses compositions.
John Ridley se focalise aussi beaucoup sur la relation entre Linda Keith et Hendrix, ajoutant à sa fiction une histoire d’amour et d’admiration qui permet au récit de rester intéressant et dynamique.
L’interprétation des deux protagonistes, André Benjamin dans le rôle titre, et Imogen Poots en Linda Keith, est particulièrement fluide et colle vraiment à l’histoire rendant très réaliste et attachant la fiction qui en découle.

Articles associés

Un petit miracle

Babylon

The Enforcer