Alive

Alive

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 85’
Genre: Film musical
Date de sortie: 19/10/2004

Cotation:

1/ 6

Si vous avez manqué le début:

Alex Meyer, metteur en scène de comédies musicales, est brisé depuis sa rupture avec sa femme Elisa il y a trois ans. Mais au détour des lettres de rupture et d'amour retrouvées dans ses tiroirs, il se sent à nouveau enfin capable d'écrire. Mais, après trois ans d'absence, plus aucun producteur ne veut de lui. Alex décide alors de tenter l'impossible: monter son nouveau spectacle avec les moyens du bord. Il découvre Matthieu, jeune compositeur doué, mais peu sûr de lui. Ensemble, après avoir écouté et vu de nombreux débutants, ils donnent leur chance à quelques jeunes talents prometteurs. Leur complicité et l'énergie de cette troupe vont-elles leur permettre, malgré les obstacles de monter le spectacle dont ils rêvent? Alex saura-t-il reconquérir Elisa, l'inspiratrice de Alive, son nouveau spectacle?

 

Notre critique:

On s’en doutait, on en a la confirmation. Quand ils veulent les français n’ont rien à envier aux américains. Eux aussi, ils savent faire des films-produits. Car ALIVE, c’est seulement un produit, une sorte de morceau de boeuf pré-emballé sous cellophane avec juste ce qu’il faut de colorants et d’attendrisseur chimique pour faire passer le goût et l’aspect.

Produit par TF1 (comme c’est étrange), ALIVE veut-il être une sorte de produit dérivé de la saison Star’Ac, relançant sur grand écran, un intérêt qui s’essouffle peut-être sur le petit? C’est en tout cas ce que l’on peut déduire d’une histoire où l’on vante les qualités d’une bande de petits nouveaux venus dans la monde du showbizz qui vont casser la baraque grâce à un has been de ce même univers. Tout est fait pour racoler les 10-15 ans: le jeune chanteur (Maxim Nucci, le copain de Jennifer) est beau, doué, pas intéressé par l’argent (mais uniquement par l’Art), les filles sont dynamiques, mignonnes, surtout l’héroine, qui va, bien sûr, craquer pour le beau jeune homme…

Tout ce beau (puisqu’on vous le répète) monde est mis en scène par un petit nouveau dans le cinéma, mais qui, ô chance, a déjà fait ses armes à la télé principalement… Il sait donc comment s’y prendre pour nous faire avaler un découpage TV dans un long métrage cinéma. En gros, cela donne une saison de Star’Ac mâtiné de FAME en un long épisode formaté comme il faut là où il faut. C’est creux, vide de sens et d’histoire à l’image des personnages qui sont tous fades (mais gentils, si, si…) et la bande originale va faire un malheur chez les disquaires. Que demande de plus le peuple? Encore une nouvelle saison de Star Academy?