Aimer
Accueil Critiques Aimer, boire et chanter

Aimer, boire et chanter

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 108’
Genre: Comédie
Date de sortie: 25/03/2014

Cotation:

4/ 6

Si vous avez manqué le début:

C’est le printemps, un soir de mai dans la ville de York en Angleterre, Kathryn et Colin, couple à la ville, répètent une pièce de Peggy Parker et se disputent une fois de plus...

 

Notre critique:

Trois couples ‘normaux’ qui se retrouvent au travers d’une répétition théâtrale apprennent que leur ami George Riley n’a plus que quelques mois à vivre. Voici donc le sujet du dernier film d’Alain Resnais avant sa disparition à l’âge de 91 ans.
 
Et comme à son habitude, ce n’est pas le sujet du film qui fait son originalité, mais bien la façon de le filmer, la façon qu’a Resnais de proposer un autre regard via une mise en scène particulière. Car tout au long de sa carrière, Alain Resnais ne s’est jamais arrêté d’explorer la syntaxe et la grammaire du cinéma pour créer des oeuvres à part entière.
Ici, sur cette adaptation d’une pièce de théâtre, il joue sur des décors colorés et minimalistes qui mettent en valeur les rapports des personnages, propose des intertitres dessinés par Blutch, auteur de BD, multiplie les plans serrés et les plans fixes, privilégiant bien sûr le jeu de sa famille d’interprètes (à laquelle est venu s’ajouter Sandrine Kiberlain).
Et si ce n’est certes pas le meilleur film du réalisateur (il a quand même obtenu le prix FIPRESCI à Berlin), on ne peut s’empêcher de voir dans ce film, où le personnage central, George Riley, n’apparaît jamais et meurt à la fin du film, une sorte de coïncidence étrange ou de pied-de-nez du destin. Ce double ultime qui se veut, à l’instar du réalisateur, jeune dans sa tête, amoureux de la vie et des femmes jusqu’à son dernier souffle, est trop beau pour ne pas être vrai, n’est-ce pas Monsieur Resnais?