Addicted To Love
Accueil Critiques Addicted To Love

Addicted To Love

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Genre:
Date de sortie: 02/09/1997

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Sam est amoureux de Linda. Maggie s'est fait plaquer par Anton. Linda tombe dans les bras d'Anton... Sam, décidé à récupérer coûte que coûte son amour de jeunesse, rencontre Maggie, bien décidée quant à elle à se venger d'Anton en lui faisant subir les pires humiliations.

 

Notre critique:

Au vu de cette histoire ô combien traditionnelle, on se demande quel peut être l’intérêt d’un tel film. Rien ne ressemble plus à une comédie romantique qu’une autre comédie romantique et les seules choses qui les distinguent tiennent souvent à l’interprétation ou à une certaine qualité de mise en scène.

Côté interprétation, Meg Ryan peut en tout cas être considérée comme une spécialiste du genre alignant à son palmarès WHEN HARRY MET SALLY, SLEEPLESS IN SEATTLE, FRENCH KISS ou I.Q. A cette garantie plus que suffisante aurait pu s’ajouter un étonnant casting où Mattew Broderick (Sam) côtoie Tcheky Karyo (Anton) et Kelly Preston (Linda) vue dernièrement dans Jerry Maguire. Et c’est là que la bât blesse, car autour de Meg Ryan, la sauce ne prend pas et les personnages semblent évoluer en parallèle mais jamais en synergie…

Côté mise en scène, l’idée de cette ‘camera obscura’ qui permet à Matthew Broderick de projeter sur un mur une vue aggrandie de l’appartement dans lequel se trouve Kelly Preston et Tcheky Karyo est une idée très originale et très riche d’un point de vue purement visuel. Son apport au scénario est indéniable et l’on regrettera que l’ensemble des idées du film ne soit pas à la hauteur.

Le bilan global est hélas négatif. Sans être pour autant ennuyeux, ADDICTED TO LOVE déçoit, n’étant ni à la hauteur de son interprète principale, ni à la hauteur de ses trouvailles de mise en scène. Dommage…