Equipe:
Durée: 89‘
Genre:
Date de sortie: 01/01/2002
Cotation: oo (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Derek Zoolander est le mannequin le plus célèbre et la plus adulé de sa génération. Couronné trois fois de suite Top model de l’année, il s’apprête à recevoir son quatrième trophée lorsque ce titre lui est ravi par un jeune et ambitieux challenger. Quelques jours après cette amère défaite, une belle journaliste du Time signe à son sujet un papier dévastateur, qui en fait la risée du New York branché. Prêt à tout pour redorer son blason, il accepte de représenter la nouvelle collection « Dereclite »…

Notre critique:

Surfant sur la vague bien allumée des Austin Powers, ZOOLANDER est un ratage incontestable. Dénué de tout vrai décalage, l’ouvrage empile des tonnes de gags à deux balles (0,05 euro) sur un rythme frénétique mais dénué de tout sens de la mise en scène (un comble pour le réalisateur de REALITY BITES). Pitoyable dans ses grimaces, grotesque dans ses outrages, limite dans ses références, mal figé dans son jeu, Ben Stiller singe Mike Myers dans ses travers sans y mettre une once de légèreté. Nageant dans une vase scénaristique, le réalisateur-scénariste-producteur et acteur fustige le monde de la mode sans y inclure une quelconque analyse. Le résultat s’avère consternant de médiocrité.

Et ce ne sont pas les quelques noms qui squattent la pellicule le temps d’un regard qui apportent la crédibilité nécessaire pour faire de cette pochade sous rimel un regard caustique et averti sur la faune ridiculement idéalisée de la Fashion-tendance.

A propos de l'auteur

Journaliste