Equipe:
Durée: 90‘
Genre:
Date de sortie: 23/08/2005
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Comme dit la chanson: "Avoir un bon copain, voilà ce qu'il y a de meilleur au monde!" Ca tombe plutôt bien pour Victor Zimbietrovski (alias Zim) puisqu'il en a au moins deux avec en prime Safia, une très bonne copine. Il y a d'abord Cheb, sorte de McGyver des banlieues toujours en avance d'une invention et à la recherche "d'idées qui tuent" et aussi Arthur l'apprenti carrossier, rebelle au travail à la chaîne. Du haut de leurs 20 ans ce malicieux trio black-blanc-beur, entre galères et sourires, prend la vie comme elle vient. Et puis un jour une tuile un peu plus grosse que les autres leur tombe dessus lorsque Zim suite à un bête accident de scooter, se fait serrer par la juge pour délit de fuite, travail au noir et détention de stupéfiants avec l'obligation de trouver dans les 10 jours un vrai boulot déclaré. Bien décidés à tout faire pour lui éviter la case prison, entre combines sympas et système D, la petite bande complice va se serrer les coudes pour aider leur pote à obtenir un permis de conduire, une voiture et un diplôme en un temps record, conditions obligatoires pour décrocher le poste de vendeur dont Zim a besoin.

Notre critique:

Bien qu’il ait fait ses armes et débuté aux côtés de son copain Luc Besson, on peut dire que depuis l’eau a bien coulé sous les ponts pour Pierre Jolivet, tant leur façon actuelle d’aborder le cinéma est différente. Si le premier a euh disons, une vision plutôt musclée et rentre-dedans lorsqu’il s’agit d’aborder le thème des jeunes et de la banlieue, en revanche le second préfère lui se tourner vers la comédie sociale avec cette prédilection (depuis FRED) à vouloir donner en priorité la parole aux « gens ordinaires » pour qui il a une vraie tendresse.

Sorte de version « djeun’s » de MA PETITE ENTREPRISE (qui avait pour accroche « Dans la vie, les emmerdes ça rapproche), ZIM AND Co. Se veut donc un film sur la jeunesse et la banlieue sans « Ziva! », « Ta mère! », gangs, rap et cascades de voitures à gogo. Entre bon esprit, petites conneries, avec sincérité et bonne humeur Jolivet, nous dresse ici le portrait de quatre copains plus débrouillards que cossards, comme il en existe sans doute beaucoup mais qui faute de spectaculaire ou de misérabilisme, n’ont certainement aucune chance d’avoir un jour les honneurs du journal de 20 heures.

Ni démago, ni militant, sans aucune intention de dénoncer, en prenant un peu trop le contre-pied les idées toutes faites et préjugés sur le sujet, ZIM AND Co a du coup parfois un peu tendance à pécher par excès inverse en enjolivant un peu trop le tableau. Facilités de scénario parfois dures à avaler, angélisme un poil abusif entre bons mots et images d’Epinal et casting façon Benetton n’affinent pas toujours le trait de ce petit film certes sympa mais pas vraiment ambitieux ni original. Reste la fraîcheur et l’énergie du quatuor de jeunes acteurs (avec en tête le fiston du réalisateur, également à la bande son) pour nous divertir pendant plus d’une heure. Certes par les temps qui courent ce n’est déjà pas si mal, en espérant quand même que Mr Jolivet saura se montrer un tout petit plus audacieux la prochaine fois…

A propos de l'auteur

Journaliste

Journaliste