Titre français: Sex Crimes

Equipe:
Durée: 113‘
Genre:
Date de sortie: 18/08/1998
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

La très belle et très riche étudiante Kelly Van Ryan (Denise Richards) est bien décidée à séduire Sam Lombardo (Matt Dillon), son conseiller d'orientation au lycée. Mais celui-ci se refusant à elle, elle adopte une nouvelle stratégie, et, après une entrevue chez lui, elle raconte partout qu'il l'a violée. La haute société de Blue Bay est alors bien décidée à détruire Sam par tous les moyens...

Notre critique:

Que ce soit avec l’effrayant HENRY PORTRAIT OF A SERIAL KILLER, ou encore avec le tortueux NORMAL LIFE, John McNaughton a fait preuve d’un savoir-faire certain dans la description sociale de ses personnages et d’une parfaite maîtrise dans l’étude de moeurs. Avec le plus léger SEXCRIMES, il persiste et signe dans son analyse sociale, plaçant son récit dans les milieux huppés d’une station balnéaire américaine et arrosant le tout d’un côté thriller à rebondissements mâtiné d’érotisme. Comme d’habitude avec McNaughton, c’est entre les lignes qu’il faut lire les messages: condamnation des différences sociales, manipulation comme moyen de pouvoir, …

Bien sûr, on pourra lui reprocher la légèreté de son sujet (une arnaque relativement traditionnelle au cinéma) ou la mécanique répétitive de son suspense, mécanique qui peut, si on s’y attache de trop près, masquer le plaisir de se laisser emporter sur le fil du rasoir…

A côté de cela, la direction d’acteurs est impeccable et le casting, tout en finesse, sans grandes stars, soigné jusque dans ses rôles obscurs, porte le film bien au-delà de son sujet.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...