Titre français: Les Veuves

Equipe: Bryan Tyree Henry, Colin Farrell, Cynthia Erivo, Daniel Kaluuya, Elizabeth Debicki, Jacki Weaver, Liam Neeson, Michelle Rodriguez, Robert Duval, Steve McQueen, Viola Davis
Durée: 129‘
Genre: Thriller
Date de sortie: 28/11/2018
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Chicago, de nos jours. Quatre femmes qui ne se connaissent pas. Leurs maris viennent de mourir lors d’un braquage qui a mal tourné, les laissant avec une lourde dette à rembourser. Elles n'ont rien en commun mais décident d’unir leurs forces pour terminer ce que leurs époux avaient commencé. Et prendre leur propre destin en main...

Notre critique:

Steve McQueen fait partie de ses réalisateurs qui ont réussis à marquer les esprits dès leur premier film. En effet, et ce même si l’on peut ne pas aimer le film, HUNGER était un choc certain. Suite à cela, McQueen a confirmé avec SHAME puis avec 12 YEARS A SLAVE qui a remporté l’Oscar du meilleur film. Quatre ans plus tard, le voici de retour avec WIDOWS, LES VEUVES en français, son film le plus accessible et probablement le plus facile.

WIDOWS est l’entrée de McQueen dans un cinéma un peu plus mainstream. Cependant, cela ne veut pas dire qu’il oublie son art, sa façon de narrer les histoires, de s’intéresser aux personnages, ni même de délaisser les thématiques marquantes. Il est question d’un casse réalisé à Chicago par une équipe de gars plus ou moins douteux. Le casse va mal se terminer puisqu’à son issue, le camion dans lequel ils fuient va exploser, tuant par la même occasion tous ses occupants. Veronica, l’épouse du leader va se voir poser un ultimatum de la part de la personne qui a été volée par l’équipe. Elle devra rembourser la somme perdue sous peine de représailles. Tout cela se déroule dans un contexte de campagne électorale pour le poste de maire du district. Les deux principaux candidats ne sont d’ailleurs pas étrangers au casse puisque celui qui a été volé est l’outsider tandis que son opposant est issu d’une famille qui dirige le district depuis de nombreuses années déjà. Afin de se tirer de cette mauvaise passe, Veronica va devoir faire équipe avec les autres veuves des équipiers de son mari.

Une fois encore, Steve McQueen frappe fort. WIDOWS n’est certes pas aussi puissant que les précédents films du réalisateur oscarisé, mais il parvient tout de même à parler de choses primordiales l’air de rien. L’histoire du casse raté et la réaction des épouses est la trame principale, mais autour de ça, gravitent divers arcs narratifs qui abordent plusieurs des thématiques chères à McQueen. C’est ainsi qu’il est question de la lutte des classes, du pouvoir, de la mort, le deuil, les questions de minorités ou encore la représentation. Parfois c’est fait de façon frontale, parfois c’est plus sous-jacent. Quoi qu’il en soit, c’est toujours traité de façon pertinente et jamais lourde. La subtilité est de mise, ce qui n’a pas forcément toujours été le cas chez McQueen.

La partie thriller est haletante, tout comme l’est celle qui concerne la politique et les arcanes du pouvoir. Tout cela fonctionne extrêmement bien pour la simple et bonne raison que les personnages sont bien écrits. Ils sont développés, leurs histoires se mélangent bien, ils sont charismatiques et attachants et, surtout, bien interprétés par les comédiens. Le casting 5 étoiles sur le papier s’avère tout aussi brillant dans les faits. En effet, pouvait-il en être autrement avec le quatuor formé par Viola Davis, Michelle Rodriguez, Elizabeth Debicki et Cynthia Erivo ? Non. Il ne faut pas non plus oublier Colin Farrell, Robert Duval, Jacki Weaver, Bryan Tyree Henry, Daniel Kaluuya ou encore Liam Neeson. C’est impressionnant, et tous confirment cela à l’écran.

WIDOWS est un nouvel essai brillamment réussi par Steve McQueen qui continue de surprendre et de gérer sa carrière avec brio. C’est quelqu’un qui sait tout faire, qui sait choisir de bonnes histoires et les rendre palpitantes et qui sait bien s’entourer. C’est un des réalisateurs les plus excitants de ces dernières années et il ne fait nul doute qu’il continuera à enchanter le public pendant encore longtemps.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.