Equipe:
Genre: Drame
Date de sortie: 03/05/2011
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le vieux Jack Jawkowski se rappelle sa jeunesse dans les années 30 en plein dans la Grande Dépression: ses parents, immigrés polonais aux Etats-Unis, son examen final de vétérinaire après six ans d'étude, la consécration toute proche et la vie toute tracée... Mais voilà, à l'époque, un accident allait en décider autrement...

Notre critique:

Après un court début mélo à souhait, WATER FOR ELEPHANTS s’engage dans le vif de son sujet: un amour improbable, mais ô combien romantique, dans les milieux du cirque de l’après krach boursier de 1929. Et il faut admettre que ce sujet de base du récit est plutôt inattendu et original.
C’est hélas le traitement qui l’est un peu moins dans une mise en scène qui fait la part un peu trop belle aux sourires un peu mièvres ou un peu trop appuyés d’un Robert Pattinson qui sort -enfin, diront certains- de son rôle de vampire tourmenté de TWILIGHT, sans toutefois faire preuve d’un talent très protéiforme dans son jeu d’acteur.
Heureusement, Reese Witherspoon (LEGALLY BLONDE, WALK THE LINE) et Christoph Waltz (INGLORIOUS BASTERDS) sont eux parfaitement au diapason de l’ensemble, apportant chacun une pierre centrale au film, l’une, un personnage de femme forte qui ne se voit pas vivre ailleurs que dans le cirque qui l’a recueilli, l’autre, un directeur brutal et violent au sourire carnassier.
On regrettera que le message "tout peut arriver en Amérique" passe parfois devant une histoire d’amour maudite et un propos critique sur le cirque qui n’aurait fait que renforcer un sujet somme toute assez original.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...