Titre français: Wallace & Gromit: they are back

Equipe:
Durée: 29‘
Genre:
Date de sortie:
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Wallace et Gromit, laveurs de vitres-aventuriers, mettent à jour un mystérieux trafic de moutons organisé par un dangereux bouledogue.

Notre critique:

Wallace et Gromit sont de retour sur nos écrans. En armature et en plasticine. Avec leur side-car et leurs inventions farfelues. Avec leur cheddar et leurs crackers.

C’est manifeste. Pour A CLOSE SHAVE, Nick Park et les studios Aardman ont mis le paquet. C’est le Wallace et Gromit super plus. Avec plus de personnages, plus d’aventures, plus de cascades, plus de fantastique, bref plus de spectacle. Avec le succès vient l’inflation des moyens. Mais heureusement Nick Park garde la tête froide et ne se laisse pas aller à la surenchère technique stérile. Il a un vrai scénario qui donne vie à ses figurines de plasticines. Une histoire aussi absurde que celles des opus précédents, mais qui déclenche moins le rire franc (après tout qui a dit qu’un film d’animation devait être toujours nécessairement roulatoire ?). Elle est sombre et tragique : les moutons sont destinés à l’abattoir; Gromit est jeté en prison; Wallace est amoureux d’une vendeuse de laine -son sosie féminin- mais ils sont trop timides pour se l’avouer; le méchant est franchement monstrueux,… L’humour est toujours présent, parfois en grand (la gigantesque poursuite en side-car) mais aussi souvent discret, dissimulé dans l’arrière-plan (les tronches abruties des moutons). Après un moment de surprise, le mélange de tons inhabituel remporte l’adhésion complète.

Même si les moyens ont été mutlipliés, A CLOSE SHAVE reste un film artisanal. A l’heure de la fascination aveugle pour l’informatique (pas toujours utilisée à bon escient) il démontre, comme l’avait fait THE NIGHTMARE BEFORE CHRISTMAS, qu’il n’y a pas de technologie dépassée en cinéma. Que la nouveauté de la technique n’est pas nécessairement synonyme de qualité (malgré sa perfection visuelle, TOY STORY reste prisonnnier du canevas débilitant et de la pensée simplifiée disneyienne). Et il nous rappelle surtout qu’aucun oridinateur du monde ne remplacera jamais les qualités d’auteur et le talent naturel d’un créateur comme Nick Park.

Note : A CLOSE SHAVE fait partie de la nouvelle fournée des Studios Aardman, WALLACE AND GROMIT, THEY ARE BACK. Dans le même programme vous pouvez également voir les courts métrages MY BABY JUST CARES FOR ME, FRANK THE TURTLE IN HEAT ELECTRIC et WHAT’S PIG.
Durée totale : 80 min.

A propos de l'auteur

Christophe Bruynix
Journaliste

Lorsqu'il ne gère pas la présence web de ses clients, Christophe Bruynix dévore de la fiction sous toutes ses formes. Le temps restant, il photographie, médite, soulève des poids lourds, se débat contre un "régime flexible" (fichus carbs), et il imite très bien Godzilla.