Equipe: Ginnifer Goodwin, James Mangold, Joaquin Phoenix, Reese Witherspoon
Durée: 137‘
Genre: Drame biographique
Date de sortie: 07/02/2006
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

1968, Represa, Californie. La prison résonne au rythme de la musique de Johnny Cash.
1944, Arkansas. Johnny n'est encore qu'un gamin qui récolte du coton avec son frère. Admiratif de ce dernier, il sera marqué à jamais par le décès du fils chéri de son père...

Notre critique:

James Mangold a démontré dès ses débuts des aptitudes de réalisateur et de scénariste qui ont probablement valu à Sylvester Stallone un de ses meilleurs rôles (COPLAND). GIRL, INTERRUPTED avait confirmé ce double talent, tandis que IDENTITY avait montré qu’il était aussi capable de réaliser les scénarios des autres…

WALK THE LINE ne fait qu’enfoncer le clou et devrait amener définitivement Mangold dans la cour des tout grands, surtout avec le prix du meilleur film au Golden Globes, et le paquet de nominations aux Oscar que vient de rafler le film.

Maniant habilement le découpage de son film pour compresser le temps lorsque c’est nécessaire (au début du film dans la narration de la jeunesse de Cash et de ses débuts) ou pour l’allonger lorsqu’il parle de l’amour de la vie de Cash, June Carter. Aussi à l’aise dans les scènes impliquant la musique que dans le reste, James Mangold rend la biographie de Cash fluide, intéressante, centrant aussi bien le récit sur l’extraordinaire histoire d’amour entre Johnny l’instinctif et June la bûcheuse que sur le phénomène du chanteur devenu culte…

En parfaite adéquation avec la mise en scène de qualité et un scénario bien ficelé, l’interprétation est elle-aussi remarquable. D’un côté, Joaquin Phoenix ‘est’ Johnny Cash, complètement habité, trouble, vivant le personnage de l’intérieur, de l’autre, une Reese Witherspoon au meilleur de sa forme et probablement dans un de ses plus beaux rôles, jouant de l’accent du sud et de la femme de tête avec un talent certain. Il est donc aisé de comprendre le nombre de nominations que Phoenix et elle ont eu dans différentes compétitions.

WALK THE LINE est en course pour les Oscar et il ne serait pas étonnant qu’il rafle quelques prix bien mérités, mais ce sont bien sûr les qualités intrinsèques du film qui doivent vous pousser à aller le voir avant qu’il ne récolte le juste fruit de sa valeur.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...