Equipe:
Durée: 96‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 04/03/2008
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

L'ascension vers la gloire puis la chute du chanteur Dewey Cox, dont l'oeuvre a bouleversé des millions de personnes. Cox collectionnait les aventures, s'est marié trois fois, et a été accro à toutes les drogues connues... et inconnues. L'histoire d'une icône dont le seul amour aura finalement été Darlène, la belle ingénue qui l'a longtemps accompagné sur scène...

Notre critique:

Si l’exercice de la biographie de vedettes de rock (Johnny Cash, Elvis et consort) a eu pas mal de succès sur le grand écran, avec WALK HARD: THE DEWEY COX STORY, le réalisateur scénariste Jake Kasdan détourne l’exercice en choisissant de parler de la biographie d’un rockeur imaginaire.

Très ironique et décalé à souhait, le récit joue sur le délire autour d’un personnage fictif, sorte de patchwork ou de condensé d’idoles du rock’n roll, dont l’on suit la vie de 10 ans en 10 ans. Dewey Cox est un personnage extravagant, créatif mais invivable et dépravé, une sorte de caricature très humoristique du chanteur célèbre type.

Pour interpréter ce personnage hors du commun, il fallait un acteur spécialiste de rôles et de films hors du commun. C’est John C. Reilly (BOOGIE NIGHTS, MAGNOLIA, GANGS OF NEW YORK) qui avec sa gueule bonhomme et son air de ne pas y croire campe un personnage fictif tellement crédible qu’il emmène le film de bout en bout.

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...