Equipe: Carole Bouquet, Charlotte Rampling, Jean-Paul Rouve, Karin Viard, Michel Blanc, William Lebghil
Durée: 88‘
Genre: Comédie
Date de sortie: 10/10/2018
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Bertrand quitte son appartement en disant au revoir à sa femme, Elizabeth. Ce que celle-ci ne sait pas, c’est qu’il part se planquer pour échapper à la justice. Pendant ce temps, Julien, paranoïaque, croit qu’on l’observe en permanence...

Notre critique:

Film choral orchestré par Michel Blanc qui 16 ans auparavant avait commis, VOYEZ COMME ON DANSE est la suite de EMBRASSEZ QUI VOUS VOUDREZ, tiré d’un livre de Joseph Connoly (Vacances anglaises), comédie corrosive sur les difficiles relations humaines en société. Ce nouvel opus reprend plus ou moins les personnages là où ils s’étaient arrêtés et en rajoute quelques-uns pour actualiser le tout.

Comme dans le premier, on retrouve bien sûr avec plaisir un casting de choix, Charlotte Rampling, Karin Viard et Jacques Dutronc étaient déjà de la partie à l’époque, Jean-Paul Rouve et William Lebghil étant les petits nouveaux, mais aussi les dialogues incisifs de Michel Blanc qui griffe un peu notre humanité au travers de ses propres angoisses.

Mais hélas, un peu comme dans le premier aussi, on perd, dans un récit très découpé, le fil des échanges et des situations tout en appréciant évidemment le réel plaisir qu’a chacun des acteurs à jouer ensemble. Et si la multiplication des retournements de tous côtés tente bien sûr de maintenir l’intérêt du récit, on ne ressort pas du film en ayant plus qu’un sourire aux lèvres en lieu et place d’une réflexion continue sur la drôlerie et l’absurde de notre humanité.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...