Equipe:
Durée: 100‘
Genre:
Date de sortie: 18/09/2001
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Notre critique:

On avait déjà écrit tout le bien que l’on pensait de Bruno Coulais et le soundtrack de VIDOCQ ne nous fera pas changer d’avis, que du contraire, il enfonce encore un peu plus le clou. En s’engouffrant dans des films de genre comme LES RIVIERES POURPRES, BELPHEGOR et aujourdhui VIDOCQ, Bruno Coulais a non seulement contribué à l’affranchissement d’un genre musical particulièrement exigeant, jusqu’à présent prisonnier d’une poignée de collègues américains, mais s’est également permis de se positionner comme un incontournable illustrateur sonore.

Coulais est probablement un des rares gaillards à tenir tout autant compte des images, du scénario et de la musicalité de ses partitions. Ainsi ses plages se fondent dans les images à l’écran et réssucitent lors d’une écoute pure et dure. Remarquablement dense, riche en envolées et parcimonieuse en choeurs, juste en suspense… la bof de VIDOCQ fait réellement office de lien entre les deux arts, celui de l’image et celui de la narration (et ce quoique l’on pense du film). Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore ce grand d’aujourd’hui et (c’est à parier) de demain, jetez-vous sur ce petit bijou, vous ne le regretterez pas!

A propos de l'auteur

Journaliste