Titre français: Voyage Au Début Du Monde

Equipe:
Durée: 90‘
Genre:
Date de sortie: 17/06/1997
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Réalisateur finissant, Manoel voyage à travers le Portugal avec son équipe à la recherche des racines d'Afonso, un célèbre acteur français d'origine portugaise.

 

Notre critique:

Manoel de Oliveira a 90 ans. Sa carrière cinématographique recouvre 35 films, ancrés dans le cinéma d’art et d’essai. Une production qui est tantôt bizarre, tantôt extraordinaire, tantôt tout à fait quelconque. En tout cas, très spéciale!

VOYAGE AU DEBUT DU MONDE est un parcourt touristique soporifique. Le récit alterne, avec une rigueur hypnotique, les dialogues (répétitifs) écrits par de Oliveira lui-même et des images superbes du Portugal ensoleillé.

On y évoque les souvenirs, la politique, l’amour, les liens du sang. Malheureusement, malgré toute la bonne volonté du réalisateur, et toute sa sensibilité, le discours reste abscons, embrouillé. Il s’enlise dans l’autobiographie et devient carrément hermétique à certains moments. Résultat: il manque de naturel et d’émotions. En plus, superposer ces dialogues à des paysages de carte postale éloigne encore plus le propos du spectateur.

Marcello Mastroianni, dans son dernier rôle, est majestueux et impérial. Il joue juste, et parvient à nous intéresser à des paroles pourtant dénuées d’émotions. Mais alors, les amis, autour de lui, c’est la débandade! On a envie d’appeler à l’aide, tant les autres acteurs sont faux. On les croirait presque à un entraînement de football, ou à une messe de nouvel an. Incroyable! On a presque envie de vous inciter à aller le voir pour y croire. Mais non. Retenez-vous. Cela n’en vaut même pas le déplacementŠ

 

A propos de l'auteur

Journaliste