Equipe:
Durée: 159‘
Genre:
Date de sortie: 02/11/2010
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Paris, 1815, Académie Royale de Médecine. Un professeur présente à l'assemblée ses conclusions sur la race négroïde: cette race, selon lui, n'a jamais été à la base de la civilisation des hommes d'aujourd'hui...

Notre critique:

Basé sur un fait divers, LA VENUS NOIRE raconte le destin étonnant de Saartjie Baartman, une sud africaine née fin du 18e siècle, emmenée depuis son pays, exposée comme un phénomène de foire en Angleterre, étudiée comme une curiosité scientifique en France de son vivant et disséquée après sa mort…
Si l’Angleterre où est produite pour la première fois la vénus hottentote tentera lors d’un procès de traiter en être humain celle qui n’a jamais été qu’une esclave, la France, pays du cartésianisme, va pousser l’abomination jusqu’au bout d’une science inique et ignorante.
Après L’ESQUIVE et LA GRAINE ET LE MULET, Abdellatif Kechiche aborde donc un nouveau sujet et un nouveau combat en même temps. En choisissant ce fait divers qui a démarré au 19e siècle mais qui s’est terminé par une restitution du corps de la vénus noire en 2002 (!), le réalisateur/scénariste va s’attaquer au fondement même d’un racisme et d’une xénophobie qui perdurent depuis des siècles.
Prenant son temps sur chaque plan, comme il sait le faire, Abdellatif Kechiche insiste, renforçant chaque image, chaque scène, pour augmenter le ressenti du spectateur face au bouleversant destin de cette jeune femme que la suffisance ambiante a ériger en porte drapeau d’une race soi-disant inférieure. Si la VENUS NOIRE n’est pas un plaidoyer pour la science, loin s’en faut, c’est un merveilleux plaidoyer pour la tolérance qu’il est impératif de voir…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...