Equipe:
Durée: 94‘
Genre:
Date de sortie: 05/12/2000
Cotation: oo (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Reprenons depuis le début.
Un campus universitaire est la cible d'une vilaine tueuse en série qui fait rien que d'assassiner ses copains étudiants un peu mou du ciboulot. Pour pimenter ses crimes, la donzelle s'inspire des légendes urbaines les plus courantes. Malheureusement, une policière zélée écourte prématurément ses ambitions de grand nettoyage.
Pouf.
Un an plus tard, la valeureuse policière exerce son merveilleux métier sur le campus d'une autre université. Et, dans un élan de grande subtilité caractéristique des scénarios de suite sans ambition, elle suggère à une étudiante en cinéma à la recherche d'un sujet pour son film de fin d'année de s'inspirer de ses mésaventures. Le tournage commence. Un vrai tueur joue du hachoir tandis que les fausses victimes prennent de plus en plus leur rôle au sérieux.

Notre critique:

Il faut se faire une raison: le slasher movie est un genre poubelle qui recueille essentiellement le pire de la production horrifique ciblée sur la jeunesse américaine en manque de frissons bon marché. On atteint ici le fond du panier, à tel point qu’on ressort de la projection d’URBAN LEGENDS: FINAL CUT groggy, extasié, presque sublimé par ce gaspillage d’énergie qui force le respect.

A un scénario invraisemblable dans ses moindres détails, le réalisateur John Ottman associe une mise en scène plate et conventionnelle, où les crimes -finalement, seuls moments susceptibles de capter notre attention- sont pour la plupart suggérés, et pour les autres, montrés à grands renforts d’effets gore ridiculement propres sur eux.
Dire que Ottman a décidé d’arrêter sa collaboration avec Bryan Singer juste avant X-MEN pour tourner ce chef d’oeuvre! On a presqu’envie de le plaindre, mais ce serait oublier un peu vite une bonne heure et demie de supplice…

A propos de l'auteur

Journaliste