Titre français: Décroche Les Etoiles

Equipe:
Durée: 103‘
Genre:
Date de sortie: 17/09/1996
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Une femme d'une cinquantaine d'année, veuve, se retrouve seule après le départ sans tendresse de sa fille. Elle se liera d'amitié avec un garçonnet dont elle s'est vue confier la garde par une voisine récemment séparée de son mari.

Notre critique:

Oui, oui, le fils de l’autre fait aussi du cinéma. Pour tous ceux que le souvenir du grand John emplit d’une pensée émue, le fait est d’importance. L’héritage sera-t-il là? Le poids n’en sera-t-il pas trop lourd? Ou trop léger?

Balayons toutes ces craintes d’un revers de main. UNHOOK THE STARS est un joli film. Si l’ombre du père plane effectivement sur certains aspects du film, Nick Cassavetes impose bien vite sa propre personnalité par l’entremise d’un scénario dont la justesse de propos est remarquable.

Malgré une mise en scène un peu sage, la première oeuvre de Nick offre un émouvant portrait de femme. Emouvant car franc, direct et parfois âpre. Trop souvent les relations adulte/enfant marinent lamentablement dans la mièvrerie. UNHOOK THE STARS échappe fort heureusement à la guimauve. Et si l’ensemble se veut positif, tout n’y est pas tout beau, tout rose. Il y a des blessures entre les êtres qui ne se referment jamais. Il y a des actes que l’on regrette mais que l’on ne peut réparer, de même que des pensées que l’on ne peut s’empêcher d’avoir.

S’il faut encore insister sur le fait que Marisa Tomei est renversante et que cela fait longtemps que Gégé n’a plus été aussi bien à sa place, est-il besoin d’ajouter que Gena Rowlands reste la plus formidable actrice du cinéma américain?

A propos de l'auteur

Journaliste