Equipe: Antoine Raimbault, Isabelle Lazard, Karim Dridi, Laurent Lucas, Marina Foïs, Olivier Gourmet
Durée: 111‘
Genre: Drame
Date de sortie: 06/02/2019
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le 27 février 2000 Suzanne Viguier, mère de 3 enfants, disparaît sans laisser de traces. Rapidement, Jacques Viguier, son mari, est suspecté de l'avoir assassiné. 9 ans plus tard, il comparaît devant la cour d'assises pour le meurtre de son épouse. Et il est acquitté...

Notre critique:

Nora, chef de cuisine dans une brasserie à Toulouse, amie de Clémence la fille de Viguier, s’est intéressé depuis le début à « l’affaire Viguier ». Se sentant concerné, elle contacte Eric Dupond-Moretti pour reprendre le cas après l’appel du parquet sur l’acquittement. A partir de ce personnage étonnant, fictif mais basé sur une certaine Emilie, ancienne élève de Viguier, Antoine Raimbault, scénariste et réalisateur, va construire UNE INTIME CONVICTION, son premier film.

Et il faut bien dire que cet élément fictif introduit dans une affaire réelle est une remarquable idée scénaristique qui permet une dynamique du film de procès qui, on le sait d’expérience, manque souvent de punch. Cette intime conviction, partagée par Nora, et que l’on demande aux Jurés d’avoir dans les procès chez nous pour pouvoir rendre un jugement, est au centre du film de Raimbault qui s’est impliqué depuis le début de cette retentissante affaire française des années 2000. Il a en effet suivi le procès et s’est même lié avec la famille Viguier.

Avec sa caméra mobile façon documentaire, le moins de contraintes techniques possibles, et surtout un découpage au cordeau pour rendre le récit efficace, UNE INTIME CONVICTION s’ancre profondément dans le réel (les noms, les faits sont ceux de l’affaire) tout en proposant une autre forme pour le film de procès.

Finalement ce film c’est aussi l’intime conviction de son réalisateur et de ses acteurs qui en font la valeur. Et les comédiennes et comédiens sont à ce titre tout à fait remarquables. Olivier Gourmet incarne un Dupond-Moretti tellement vrai (il faut dire que les dialogues du procès sont ceux d’origine) et Marina Fois est une Nora trublionne qui pousse Dupond-Moretti dans ses derniers retranchements pour qu’il soit meilleur, tandis que Laurent Lucas est un coupable idéal, effacé et dépressif.

UNE INTIME CONVICTION est une agréable surprise qui éclaire la structure des films de procès d’une autre lumière, une forme de fiction-documentaire, mâtinée de thriller avec une interprétation parfaite en tous points. Preuve si il en est que le cinéma français n’est pas fâché avec le cinéma de genre…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...