Equipe:
Durée: 95‘
Genre:
Date de sortie: 10/09/2002
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Voilà des années que le commissaire Chantal Bex et l'inspecteur Denoote de la brigade des stupéfiants, essayent par tous les moyens de coincer Hubert Verkamen l'un des plus gros trafiquant de drogue de Belgique. Oui mais voilà, sous une couverture d'honnête commerçant, ce gros bonnet n'a jamais commis le moindre faux pas et peut tranquillement se déclarer blanc comme la "neige" qu'il est soupçonné vendre. C'est donc avec une désarmante décontraction et une bonne conscience narquoise que l'homme se présente à un interrogatoire de routine au sujet d'une récente tuerie dont il est supposé être le commanditaire. Dans cette immense salle vide et blafarde, entre le présumé homme d'affaire et ses interlocuteurs, un curieux et subtil jeu de bluff et de manipulation va progressivement se mettre en place sous le regard paternel et amusé d'un étrange fantôme.

Notre critique:

A force d’écrire des romans, des pièces de théâtre ou encore des scénarios pour les autres (UNE LIAISON PORNOGRAPHIQUE, THOMAS EST AMOUREUX), l’étape de la réalisation ne pouvait être que la suivante pour Philippe Blasband. Lui qui rêvait de pouvoir un jour offrir à son fils dyslexique des images pour lui raconter une histoire, peut désormais accrocher à son tableau de chasse son premier long métrage. Parce qu’il juge le genre ludique et qu’il avait envie de jouer avec le spectateur, c’est naturellement vers le polar que sa plume et sa caméra se sont portées pour cette première expérience qui faute de gros sous n’en a pas moins de bonnes idées et une formidable distribution.

Préférant aux pétaradantes fusillades agrémentées de roulés-boulés acrobatiques le jeu plus subtil de la tromperie et de la manipulation, c’est sous la forme d’un habile huis clos bluffant aux dialogues bien troussés (qui n’est pas sans rappeler le formidable GARDE A VUE DE Claude Miller) que le réalisateur Belge réussit à nous captiver de bout en bout dans cette énigme aux allures de match de ping-pong. Arbitrée par un Philippe Noiret comme toujours impeccable et convaincant, son intrigue est aussi l’occasion de révéler ou confirmer le talent d’une jolie brochette d’acteurs du cru dans des emplois où l’on était pas supposer les attendre. De Yolande Moreau (qui troque la blouse à fleurs pour le flingue) à Frédéric Bodson (qui fait des infidélités aux Dardenne) en passant par Serge Larivière (qui délaisse la Kriek) ou encore dans le rôle principal Benoît Verhaert (qui nous montre enfin son visage), tous font les étincelles qui ont parfois tendance à manquer au décor et à la mise en scène.

En dépit d’une vitrine pas toujours très aguichante faute d’un manque réel de moyens, on aurait tort de ne pas pousser la porte de cet HONNETE COMMERCANT. Car une fois le pied dans cette drôle de boutique, on ne tarde pas à se retrouver le nez sous le comptoir à fouiller les nombreux tiroirs que nous offre cette histoire intrigante.

A propos de l'auteur

Journaliste

Journaliste