Equipe:
Durée: 150‘
Genre: Comédie dramatique
Date de sortie: 10/06/2008
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

À l'origine, Abel et Junon eurent deux enfants, Joseph et Elizabeth. Atteint d'une maladie génétique rare, le petit Joseph devait recevoir une greffe de moelle osseuse. Elizabeth n'était pas compatible, ses parents conçurent alors un troisième enfant dans l'espoir de sauver Joseph. Mais Henri qui allait bientôt naître, lui non plus, ne pouvait rien pour son frère - et Joseph mourut à l'âge de sept ans. Après la naissance d'un petit dernier, Ivan, la famille Vuillard se remet doucement de la mort du premier-né. Les années ont passé, Elizabeth est devenue écrivain de théâtre à Paris. Henri court de bonnes affaires en faillites frauduleuses, et Ivan, l'adolescent au bord du gouffre, est devenu le père presque raisonnable de deux garçons étranges. Un jour fatal, Elizabeth, excédée par les abus de son mauvais frère, a "banni" Henri, solennellement. Plus personne ne sait exactement ce qui s'est passé, ni pourquoi. Henri a disparu, et la famille semble aujourd'hui dissoute. Seul Simon, le neveu de Junon, recueilli par sa tante à la mort de ses parents, maintient difficilement le semblant d'un lien entre les parents provinciaux, la soeur vertueuse, le frère incertain et le frère honni...

Notre critique:

On retrouve dans UN CONTE DE NOEL les thèmes déjà vus dans d’autres films de Despleschin (COMMENT JE ME SUIS DISPUTE…, ROIS ET REINES): la maladie, les histoires de destin parallèles… On retrouve aussi les dialogues pointus mais souvent dénués de sens réel, les alternances de plans courts, tantôt larges et tantôt serrés.

Mais on retrouve aussi hélas beaucoup de bruit et de longueurs dans ce conte de Noël où la maladie de Junon, la mère, est le centre du propos, la raison qui va pousser la famille dans son ensemble à se retrouver et à réfléchir sur son passé et ses liens. Le présent éclairera le passé, le faisant resurgir tragiquement comme par effet miroir…

Il y a par moment une maestria incontestable dans cette mise en scène qui remue et qui bouscule les sentiments du spectateur. Parfois maîtrisée, parfois plus maladroite, elle ne convainc pas sur la longueur malgré un casting impeccable et bourré de talent: Deneuve en tête (qui a eu un prix spécial à Cannes cette année pour ce film) superbement secondée par Jean-Paul Roussillon, Mathieu Amalric (formidable en rejeton rejeté), Anne Consigny, Emmanuelle Devos ou Melvil Poupaud.

Le mérite du film même s’il n’est pas pleinement abouti et en laissera plus d’un sur sa fin est de ne pas donner toutes les clés du récit et de laisser ouvertes des questions essentielles pour faire réfléchir sur cette tranche de vie d’une famille complexe et pleine de contradictions…

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...