Equipe:
Durée: 113‘
Genre:
Date de sortie: 26/09/2000
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

1942. Un sous-marin américain parvient à aborder un u-boot allemand et capturer la machine à coder Enigma. Mais l'abordage n'est que le début des problèmes...

 

Notre critique:

Les films de sous-marins forment un genre en soi. Quasiment non renouvelables, les séquences imposées par ce type d’aventures peuvent difficilement échapper au cahier des charges. Qu’à cela ne tienne, cramponnons-nous à l’ambiance boîte à sardine et vivons ensemble deux heures sous l’eau. En optant pour une mise à l’eau rapide et maintenue sous le seuil de flottaison pendant une bonne partie du récit, John Mostow s’applique à développer un sentiment claustrophobique et n’a cure de la vérité historique où d’un quelconque coup de chapeau aux Anglais, auteurs de ce fait de guerre. Puisqu’en effet, en 1941, la marine britannique a réussit à s’emparer de la fameuse machine à chiffrer. Dans la fiction, on passe en 1942 et se sont les américains qui se sont accaparés cette prouesse. Bref, hors contestation historique, U-571 célèbre la bravoure de ces hommes qui séjournaient dans les tubes d’acier qui au-delà d’une certaine profondeur étaient aussi fragiles qu’un ¦uf qu’on laisse tomber…

Mais revenons à nos tubes, Mostow met donc la pression et la maintient aisément tout au long de son ouvrage faisant fi de toute vraisemblance ou élaboration scénaristique; Les acteurs, eux, servent passablement des personnages rebattus. C’est rapide, carré, sans surprise mais ça marcheŠ en somme, c’est un bon moment mais totalement futile.

 

A propos de l'auteur

Journaliste