Equipe:
Durée: 107‘
Genre: Film policier
Date de sortie: 16/01/2007
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Paris, 2005, grand banditisme.
Claude Corti, 50 ans, est l’un des rares hommes de pouvoir du métier. Proxénétisme, trafic de stupéfiants, faux billets, voitures, rackets, braquages, il sait tout ce qu’il se passe dans sa zone d’influence et prend une commission sur tout. Il déteste qu’on l’oublie, il n’hésite pas à le montrer. Aucun scrupule, aucune morale, jamais de pardon. Il est paranoïaque et violent, ça lui permet de survivre.
Franck, 30 ans, tueur professionnel. Il est proche de Corti mais tient à son indépendance. Intelligent, efficace, Claude a confiance en lui.
Hicham et Larbi, petite entreprise florissante du secteur. Corti ne les aime pas, il les utilise. Très bons professionnels, organisés, violents, ambitieux.
Tout va bien dans le pire des mondes, quelques accrocs et cadavres de temps en temps, beaucoup de bénéfices.
Jusqu’au premier grain de sable. Corti tombe sur une peccadille, passe quelques mois en prison. Juste assez pour que ses affaires commencent à se dérégler. Simple paranoïa ou début d’un complot? Les proches de Corti soupçonnent Hicham et Larbi, lui n’y croit pas, Franck non plus. Pourtant…

 

Notre critique:

Le 21e siècle sera violent ou ne sera pas… C'est un peu comme cela que l'on pourrait résumer les vagues de violence qui touchent le grand écran depuis quelques années, que ce soit dans les séries ou dans les long métrages. TRUANDS rentre parfaitement dans cette mode… Bon, il faut bien dire que le sujet du film est la grande criminalité et que celle-ci véhicule plutôt une idée de violence et un climat malsain.

Pour son troisième long-métrage, Frédéric Schoendoerffer continue son exploration des mondes interlopes. Après les tueurs en série, les agents secrets, voici donc le monde des truands… Un monde où les mecs en Ferrari viennent chercher des gars qui sortent de prison, un monde de mecs où les filles sont soit des faire-valoir soit des prostituées ou carrément du bétail, enfin, un monde de violence sourde et de chantages. Et malheureusement aussi un monde qui peut facilement tomber dans la caricature pure et simple et où à force de se la jouer caïds, on finit par devenir l'ombre de sa caricature…

En un mot comme en cent, Frédéric Schoendoerffer n'évite pas ce côté outrancier et frôle trop souvent la caricature qui, hélas, est encore renforcée par un Philippe Caubère en chef violent qui en fait trop et théâtralise son personnage. Heureusement Benoît Magimel parvient, lui, à assurer et campe finement un homme intelligent et indépendant. TRUANDS ne fait donc pas dans la dentelle (notamment dans une scène de torture particulièrement réaliste!) et n'est clairement pas à mettre entre tous les yeux…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...