Equipe:
Genre:
Date de sortie: 03/09/1996
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Notre critique:

New Order, Lou Reed, Pulp, Leftfield, Elastica… une compil’ qui bouge bien pour un film qui déménage. Danny Boyle a su orienter ses choix musicaux de manière éclectique. Que se soient des reprises («Atomic» de Blondie par Sleeper), des classiques («Lust for life» de Iggy Pop) ou des compositions originales pour le film («Trainspotting» des Primal Scream), ils ont tous un point commun: le voyage. Le voyage au centre d’un film de déjantés et à la musique explorant pas mal de styles illustrant bon nombre d’états (humains et parfois à la limite de l’inhumain). Du plus calme («Deep Blue Day» de Brian Eno) au plus excessif-expressif («Born slippy» de Underworld), cette B.O. est une invitation.
A vous de choisir la destination de votre trip!

A propos de l'auteur

Journaliste