Equipe:
Durée: 137‘
Genre:
Date de sortie: 19/11/1996
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Roy-TIN CUP-Mc Avoy (Kevin Costner) aurait pu réussir un carrière de golfeur professionnel de premier ordre si il l'avait joué prudemment. Sa verve et son envie de toujours essayer l'impossible l'on contraint de se contenter d'un job de moniteur (de golf). David Simms, ami d'adolescence de Roy, lui, a réussi. Il est un des grands parmi les plus grands, mais il n'ose pas, il n'a pas ce feu qui vous permet d'oser tout, de tenter l'impensable. Entre les deux se trouve le docteur Molly Griswold (Rene Russo) compagne de David également élève et psychologue de Roy. Les uns influeront les autres avec en ligne de mire l'U.S.Open et le retour 'probable' de "Tin Cup" à la compétition...

Notre critique:

L’U.S. Open comme toile de fond, il fallait oser! Qui aurait cru à un film évoluant dans le milieu actuellement très prisé du golf? Certainement pas nous. Quel est l’intérêt d’aller voir un film où volent les balles (de golf) au ralenti, où le choix du club (de golf) en fonction du trou (de golf) est crucial et où la course à la coupe (de golf) est l’ultime but. L’U.S.Open est un célèbre tournoi (de golf) accessible à toute personne se qualifiant pour la compétition (de golf).

Bref, le golf envahi le grand écran après avoir investi le petit depuis quelque temps. Quelle peur, quelle frousse d’à nouveau perdre 2 heures 17 de son temps pour voir un film qui vous endormira peut-être? On est passé de justesse à côté du dodo, mais on ne sautille pas de joie au sortir de la vision. L’excitation suscitée par une balle de golf cherchant désespérément le trou à rejoindre est aussi forte que celle suscitée par Demi Moore dans STRIPTEASE (si vous avez vu le film vous comprendrez l’ironie de la chose!).

Jeu de chat et souris entre les personnages en rajoutant des caddies par-ci, par-là, vous aurez un résumé plus ou moins complet du film. Pas vraiment ça, ce film. Les dialogues sont pas mal et gardent le spectateur éveillé. Les acteurs ne font pas d’effort pour augmenter leur crédit et insuffler un dynamisme supplémentaire à leurs répliques. La réalisation est bateau pour un film qui l’est tout autant. Aucune surprise bonne ou mauvaise donc mais les golfeurs en herbes devraient se satisfaire d’assister au swing de l’ex-beau Kevin (attention au bide, mon grand!).

A propos de l'auteur

Journaliste