Titre français: Rêver plus haut
Réalisation: Robert Zemeckis
Interprètes: Joseph Gordon-Levitt, Charlotte Le Bon, Guillaume Baillargeon, Émilie Leclerc
Scénario: Robert Zemeckis, Christopher Browne

Genre: Drame
Date de sortie: 14/10/2015
Cotation: **** (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

1974, New York. En se baladant en ville, Philippe Petit rêve d’une seule chose: tendre un fil de funambule entre les deux tours du World Trade Center, une idée dangereuse et illégale. Mais d’où lui vient ce rêve incroyable?

Philippe Petit est clairement un homme d’exception. Cet homme qui a défié sur son fil de funambule les endroits les plus insolites de la planète: la Tour Eiffel, les Twin Towers, Notre-Dame, a aussi dans le même temps défié de nombreuses fois la mort pour mieux vivre sa vie. Et il n’est donc pas étonnant que, depuis plus de trente ans, un certain nombre de documentaires lui soient consacrés dont l’excellent MAN ON WIRE de James Marsh.

Pour ce THE WALK, basé sur le livre autobiographique de Philippe Petit, c’est la fiction qui a été choisie par le réalisateur Robert Zemeckis (FORREST GUMP) pour raconter un des grands moments de l’existence du funambule: sa prestation artistique (et illégale) entre les Twin Towers à New York.

Et qui mieux que le père de BACK TO THE FUTURE peut raconter une histoire le plus visuellement possible et peut utiliser la 3D à meilleur escient (il l’avait déjà utilisé dans THE POLAR EXPRESS, BEOWULF)?

Personne, car ce THE WALK est une vraie réussite visuelle dans laquelle chaque plan est parfaitement maîtrisé et sert le récit à suspens qui l’accompagne (Philippe Petit arrivera-t-il ou non à réaliser son rêve?). Quant à la 3D, THE WALK est probablement un des films de ces dernières années qui l’utilise à merveille: les vues depuis le fil du funambule donnent véritablement le vertige et les objets se déplaçant vers le spectateur en surprendront plus d’un!

Et si l’histoire est sur les rails de l’autobiographie (on sait ce que Philippe Petit est parvenu à ses fins), la narration et la mise en scène en font un magnifique suspens qui ne se dément jamais tout au long du film, servi aussi admirablement par un Joseph Gordon-Levitt remarquable.

Seule remarque négative: ce jeu sur le mélange du français et de l’anglais dans les dialogues du personnage de Philippe Petit est souvent drôle malgré lui, et devient même parfois un peu agaçant… Mais au vu de l’excellent divertissement qu’est THE WALK, on pardonnera aisément à Zemeckis ce petit raté.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...