Equipe:
Durée: 103‘
Genre: Film policier
Date de sortie: 18/10/2011
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

2002, Staten Island. Jonathan White, un flic, rentre chez lui et retrouve sa femme Kerr et sa petite fille de cinq ans qui suit un traitement.
1986, Queensboro project. Dans cette cité, le jeune Jonathan  a piqué le flingue d'un petit truand. Lorsque ce dernier vient le récupérer, Jonathan le tue...

Notre critique:

Avec une palette d’acteurs comme ceux-là (Pacino, Liotta, Binoche), on aurait pu s’attendre à un film entre théâtre et réalisme où la qualité de jeu aurait fait la différence.
Et si THE SON OF NO ONE tient se promesses côté réaliste, ses dialogues un peu trop sibyllins -pour compenser un manque de suspens et de mystère- compromettent non seulement l’atmosphère mais aussi les efforts non négligeables de chaque interprète pour donner corps à ce qui reste somme toute une simple histoire de corruption et de manipulation.
On reste donc un peu sur sa faim et on suit les deux histoires (celle de 1986 et celle de nos jours) de loin sans jamais plonger dans le drame (qui pourtant est assez présent), ni dans la profondeur des personnages et sans jamais vraiment voir dans ce flic manipulé et piégé la vraie victime du souvenir de son passé. En définitive, le manque de clarté globale englue le film qui ne décolle pas et ce n’est pas la prestation approximative de Channing Tatum qui change les choses. Il y avait pourtant matière à mieux faire…

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...