Equipe:
Durée: 91‘
Genre: Drame
Date de sortie: 14/01/2014
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Alors qu’ils sont en balade la nuit, deux jeunes ado, Arbor et Swifty, surprennent des cheminots en train de piquer des câbles de cuivre…

 

Notre critique:

Après un documentaire en 2010, l’anglaise Clio Barnard se lance dans son premier long métrage, un film qui rentre parfaitement dans la veine sociale/réaliste britannique dont le chef de file est incontestablement Ken Loach.
Si l’on pense incontestablement au SWEET SIXTEEN de Loach, THE SELFISH GIANT ne doit rien, à part le genre, à son grand-frère. Poétique, tout en étant dans un réalisme social certain, le film s’attache aux pas de deux jeunes défavorisés, déscolarisés qui essayent de survivre dans des milieux urbains durs et sans pitié.
Formidablement interprété par les deux jeunes comédiens dont c’est le premier film, THE SELFISH GIANT est un drame social qui culmine sur la tragédie finale après avoir fait monté l’émotion et surtout après avoir intimement suivi une tranche de vie miséreuse. C’est le drame de Swifty qui transformera Arbor, qui le fera grandir et comprendre le sens de sa vie…
Avec cette admirable étude de personnages et de société, Clio Barnard réussi un beau coup de maître, seulement nuancé par une volonté de rendre trop belles des images qui devraient plutôt être le reflet d’un monde en dépression.

 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...