Titre français: La nonne

Equipe: Corin Hardy, Demián Bichir, Gary Dauberman, James Wan, Jonas Bloquet, Taissa Farmiga
Durée: 96‘
Genre: Film d’'horreur
Date de sortie: 12/09/2018
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Roumanie. Des nonnes vont chercher aux tréfonds de leur couvent une relique qui doit les aider à repousser une force maléfique hébergée dans celui-ci. Malheureusement, cette force est libérée malgré elles et contraint l’une des nonnes à se suicider pour lui échapper...

Notre critique:

THE NUN (La nonne) commence comme un THE CONJURING et finit comme un THE CONJURING avec au milieu un film d’horreur à la photographie plutôt soignée (ce qui est rare dans ce genre) et aux effets plutôt réussis, mais qui ne casse pas trois pattes à un canard.

Vous me direz, faisant partie de la franchise comme spin-off de THE CONJURING 2 (où l’on retrouve la nonne démoniaque), c’est un peu normal qu’on y colle de quoi le relier aux autres épisodes, un peu comme ce qu’on fait les producteurs avec la série CLOVERFIELD. Mais ce collage est ici tellement artificiel que cela en devient ridicule.

Enfin, cela étant dit, THE NUN (le film du milieu) a quelques atouts bien à lui. Les décors assez angoissants et étranges ont été entièrement tournés en Roumanie et la photographie de Maxime Alexandre (un belge qui a oeuvré sur le remake de THE HILLS HAVE EYES et sur SILENT HILL: REVELATION) leur rend plutôt hommage en en faisant réellement un personnage à part entière.

Côté casting, tout le monde est suffisamment dans son rôle pour que l’on croit aux personnages. On soulignera toutefois la présence de Taissa Farmiga en Soeur Irene, Taissa étant dans la vie la petite soeur de Vera Farmiga qui joue Lorraine Warren dans la série THE CONJURING. Bien que leurs personnages n’ont aucune relation dans le film, cela reste amusant. En passant, on notera aussi que nom du prêtre est peut-être un clin d’oeil à THE EXORCIST dans lequel l’ami de la mère de Regan s’appelle également Burke…

Au final, hélas, THE NUN manque complètement d’originalité et l’on aurait adoré que James Wan ne se contente pas de proposer l’histoire mais insuffle dans le script de Gary Dauberman (ANNABELLE, IT) un grain de folie et de terreur supplémentaire plutôt que de laisser le film dérouler lentement jump scare évident sur jump scare évident.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...