Titre français: Hunger Games: La révolte – Partie 1

Equipe: Danny Strong, Francis Lawrence, Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Julianne Moore, Liam Hemsworth, Peter Craig, Philip Seymour Hoffman, Woody Harelson
Durée: 125‘
Genre: Film de science-fiction
Date de sortie: 18/11/2014
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Echappée de justesse du second Hunger Games, Katniss se réveille dans l’hôpital du 13e district, district qu’elle croyait détruit par le Capitole. Là, elle apprend que sa flèche lancée dans le champ de force a déclenché d’énormes problèmes d’alimentation électrique au travers des districts qui ont entamé des révoltes contre le pouvoir en place...

Notre critique:

Troisième opus de la série THE HUNGER GAMES, ce MOCKINGJAY Part 1 aborde donc enfin le point névralgique du monde dystopique de Panem dirigé par le Capitole: la révolution! Car que serait un monde tyrannique sans révolution?

Le pouvoir montre donc enfin son vrai visage, tuant et massacrant à qui mieux mieux… Bon, que l’on se rassure dans les chaumières, nous sommes dans une franchise hollywoodienne destinée à un public adolescent, et donc la tyrannie comme la révolution sont lisses, très lisses et très propres sur elles.

Et c’est bien sûr le premier regret que l’on peut avoir pour THE HUNGER GAMES : MOCKINGJAY – PART 1 qui, dans sa volonté suprême de ne pas choquer nos chères têtes blondes, croit que toutes les aspérités doivent en être gommées. Donc pas de politiquement incorrect (ah, si Woody Harelson a un (léger) problème de boisson), pas de terreur, pas d’insurrection sanglante au programme. Et c’est bien dommage, car cela prouve un manque de respect certain pour le public des adolescents qui devraient être en âge de comprendre qu’une révolution dans un monde de dictature ne se fait pas sans heurts.

Par ailleurs, le découpage de cette épisode en deux parties laisse, une fois encore, un drôle de goût sur la rétine, car cette première partie relègue quasi complètement l’héroïne Katniss à l’état d’un emblème sans aucune consistance autour duquel s’agitent un certain nombre de personnages qui semblent ne pas savoir comment gérer la révolution en marche. A part peut-être Julianne Moore et le (très) regretté Philip Seymour Hoffman.

Et l’on se doute que ce phénomène étrange n’est simplement dû qu’au coté ‘exposition’ de la future révolution que l’on verra arriver dans le quatrième épisode… dans un an!

Sinon pour le reste, la mise en scène est lisse à l’image du récit lui-même, mais on appréciera quand même la mise en avant du combat de propagande, rappelant que la communication est le nerf de tout affrontement, ainsi que les scènes d’action qui donnent un peu de relief à un épisode qui aurait dû tenir toutes ses promesses en un et un seul film.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...