Equipe: Pedro Almodovar, Tilda Swinton
Durée: 30‘
Genre:
Date de sortie:
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

La dernière conversation téléphonique d'une femme avec son amant de longue date, qui a l'intention d'en épouser une autre.

Notre critique:

On ne l’attendait pas mais oui, il est de retour. Pedro Almodovar a profité du mois de juillet pour tourner un film. Et oui! Le 16 juillet dernier, il a entamé le tournage d’un court-métrage mettant en scène l’anglaise Tilda Swinton. Ils étaient faits pour tourner ensemble, ils l’ont finalement fait. Almodovar a choisi d’adapter librement la pièce de Jean Cocteau LA VOIX HUMAINE. En trente minutes, il montre comment une femme seule vit la séparation avec son ex. Elle a beaucoup de mal et lors d’un appel avec lui, elle va faire part de ses maux.

L’univers coloré d’Almodovar et le talent et les tenues souvent excentriques de Tilda Swinton devaient se rencontrer, c’était écrit dans les astres, et c’est dans cette période on ne peut plus particulière post confinement que la rencontre a eu lieu. Pour ce faire, Almodovar a choisi d’adapter de nos jours l’œuvre de Cocteau pour en faire une espèce de best of de son œuvre. Tout y est, que ce soit d’un point de vue des décors, des couleurs, de la photographie, de l’univers ou encore des personnages.

Le décor de l’appartement dans lequel tout le film se déroule a été construit dans un hangar. Ce n’est pas un vrai appartement. Il faut le préciser car Almodovar en joue et fait fi de cette réalité. Le personnage de Tilda Swinton se déplace partout dans le hangar comme s’il faisait partie intégrante de l’appartement, créant ainsi une espèce de décalage comique. Cela contribue à la force de l’univers visuel évidemment mais aussi à l’espèce de névrose ambiante.

Cette utilisation de l’espace confère forcément au film un côté méta qui rappelle évidemment l’aspect théâtral originel de l’œuvre.

Si le visuel est la première force, la seconde est la présence et la prestation de Tilda Swinton, impeccable comme à son habitude. Vu qu’il s’agit principalement d’une conversation téléphonique, Swinton parle beaucoup. Cependant, elle a aussi beaucoup de gestuelles à exécuter et d’émotions à faire passer avec son visage uniquement. Il faut également mentionner son partenaire de jeu, un chien! Sa présence est capitale et le joli toutou fait du joli boulot aux côtés de l’actrice anglaise.

Bref, ce mariage en court-métrage entre Pedro Almodovar et Tilda Swinton fonctionne du tonnerre et on espère qu’un large public pourra le découvrir dans les festivals de nos contrées.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.