Equipe:
Durée: 122‘
Genre: Drame
Date de sortie: 03/06/2014
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Territoire du Nebraska, 19e siècle. Ms Cuddy laboure seule son champ dans une immensité désertique. Le soir, Bob, un fermier voisin, la rejoint pour partager avec elle son repas. A la fin de celui-ci, elle lui propose de l’épouser. Mais il refuse et s’en va...

Notre critique:

En compétition au récent Festival de Cannes, THE HOMESMAN est le deuxième long métrage de cinéma de l’acteur Tommy Lee Jones après son remarquable THE THREE BURIAL OF MELQUIADES ESTRADA.
Avec ce nouveau film, Jones continue à s’intéresser à l’Ouest des Etats-Unis en portant à l’écran, comme dans son précédent film, des récits originaux, en marge des sentiers battus et rebattus par le cinéma hollywoodien. C’est donc sur la conquête de l’Ouest que se penche Tommy Lee Jones cette fois-ci: pas sur le parcours qui a conduit les pionniers d’Est en Ouest, mais plutôt sur les effets de ce voyage long et périlleux sur les femmes des colons, femmes que l’Histoire de l’Ouest a largement oublié!
En s’intéressant à ses femmes devenues folles suite aux terribles conditions de vie de l’Ouest sauvage, Jones nous fait entrer dans l’Histoire par la petite porte, celle où tous les gens ont un grain de folie, une porte bien loin des critères de grandeur de l’Amérique d’aujourd’hui.
Paysages époustouflants et sauvages, acteurs grandioses (dont Tommy Lee Jones et Hilary -MILLION DOLLAR BABY- Swank), récit sans concessions, THE HOMESMAN est non seulement un spectacle étonnant mais c’est aussi une réflexion sur des gens qui ont tout sacrifié sur l’autel d’une soi-disant vie meilleure, ouvrant une voie royale aux moins courageux qui les ont suivis.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...