Equipe: Brian Henson, Elizabeth Banks, Maya Rudolph, Melissa McCarthy, Todd Berger
Durée: 91‘
Genre: Comédie fantastique
Date de sortie: 22/08/2018
Cotation: oo (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

L.A. est une ville où tout est possible sauf pour les marionnettes qui sont hélas encore rejetées et traitées comme des moins que rien. C’est dans ce monde-là que vit le détective privé Philips, une marionnette...

Notre critique:

Bon, après quelques minutes d’étonnement et d’appréciation de l’intégration des marionnettes dans les décors et les personnages réalistes, vous aurez sans aucun doute compris que le sujet abordé au travers de cette farce, THE HAPPYTIME MURDERS est le racisme.

Sujet on ne peut plus louable mais traitement on ne peut moins réussi. La référence claire au monde du muppet show non seulement par le type de marionnettes mais aussi par le nom du réalisateur, Brian Henson, fils du célèbre créateur des muppets, Jim Henson, ne fait hélas pas la bonne mise en scène, ni le bon scénario.

Et cette fausse enquête policière n’arrange hélas pas les choses car son prétexte est risible et ne nous sert que des gags bas de plafond mettant en avant les turpitudes de l’Amérique au travers des marionnettes.

Tout dans THE HAPPYTIME MURDERS transpire le bâclé à l’exception peut-être de l’intégration des 125 marionnettes différentes dans le monde des humains. Que ce soit au niveau de son scénario, de sa mise en scène, de l’imagination ou dans le côté fun qui aurait dû baigner l’ensemble, le film manque d’envolées réelles et ne procure au spectateur qu’une simple envie de bâiller. Quelle tristesse lorsque l’on se rappelle les bons moments passés à la vision du Muppet Show dans les années 80.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...