Equipe:
Durée: 108‘
Genre:
Date de sortie: 29/08/2000
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Callum Crane, avocat brillant et familiallement installé, va être promu au poste de juge qu'il brigue depuis si longtemps. Fou de joie, il flirte avec la nouvelle secrétaire de son cabinet. Celle-ci se laisse faire jusqu'au moment où elle se rebiffe, ce qui n'est pas du goût du futur juge. Le lendemain, plutôt que de présenter de plates excuses, Callum joue le patron arrogant envers la fille qui se sent humiliée et menace de déclencher un scandale pour tentative de viol.

Notre critique:

Si sa carrière avait commencé sur de belles promesses (MUTE WITNESS), Anthony Waller n’a rien fait pour les tenir. Son AMERICAN WEREWOLF IN PARIS était fade avant même de songer à le comparer à l’illustre et autrement gaillard AMERICAN WEREWOLF IN LONDON de John Landis. Avec THE GUILTY, il s’enfonce encore un peu plus loin dans le style téléfilm de fin de soirée, façon RTL-TVI ou TF1.

Outre la trame principale avec la secrétaire, bien loin de là, dans la zone, un jeune homme un peu paumé, loubard à ses heures, part à la à la ville en quête du père qu’il n’a jamais connu. Arrivé en ville, il cherche un toit.

Devinez un peu quelle gentille jeune fille va proposer un toit à notre loustic à la recherche de ses racines?
Devinez un peu à qui notre magistrat va demander de prendre soin de notre secrétaire?
Cerise sur le gâteau, devinez un peu qui est le père de notre loustic?

On a beau dire qu’il y a parfois de drôles de coïncidences dans la vie, en l’espèce Waller et son scénariste n’y vont pas avec le dos de la cuillère. C’est à la louche qu’il faut se prendre les situations les plus invraisemblables que ne soutiennent même pas un fifrelin d’humour ou une mise en scène chatoyante.

Autant dire que l’ensemble est au final lourdement indigeste et échoue à nous attacher à ses personnages dont la plupart oscillent entre le fallot et l’antipathique.

Allez donc voir dans la salle d’à côté s’il ne s’y passe pas quelque chose de plus passionnant.

A propos de l'auteur

Journaliste