Titre français: Millenium : Ce qui ne me Tue Pas

Equipe: Beau Gadsdon, Claire Foy, Fede Alvarez, Jay Basu, Steven Knight, Sverrir Gudnason
Durée: 117‘
Genre: Thriller
Date de sortie: 21/11/2018
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Camilla et Lisbeth sont convoqués par leur père dans sa chambre. A peine le père tente-t-il des attouchements sur Camilla que Lisbeth la tire hors de la pièce avant de se jeter par la fenêtre pour fuir son père...

Notre critique:

Avec les succès de son remake d’EVIL DEAD ainsi que l’excellent DON’T BREATHE, il était attendu que Fede Alvarez obtienne le droit de faire un gros film. Ce gros film, c’est une nouvelle adaptation de la saga suédoise MILLENIUM. Après Noomi Rapace en 2009 puis Rooney Mara en 2012, voici que c’est Claire Foy qui endosse le rôle iconique de Lisbeth Salander dans ce THE GIRL IN THE SPIDER’S WEB (en français: Millenium : Ce qui ne me Tue Pas).

Les suédois avaient adapté la trilogie littéraire de Stieg Larsson, David Fincher avait également ajouté son petit grain de sel, toujours en adaptant le premier volume. Fede Alvarez s’attaque au quatrième livre, non officiel puisque posthume à Larsson. Ce roman est le plus mal aimé ce qui n’est pas anormal puisque pas officiel et que la pratique peut légitimement déranger (en effet, bien des œuvres sont faites pour de mauvaises raisons, pécuniaires principalement). Quoi qu’il en soit, cela n’a pas empêché Sony de se relancer dans l’aventure MILLENIUM pour autant.

Cette fois-ci, il est question d’un programme permettant de contrôler tout un arsenal nucléaire. Le problème, c’est que les codes pour l’utiliser ont été volés et que, entre de mauvaises mains, il est évident que cela pourrait causer d’énormes dégâts. Lisbeth Salander sera donc mandatée par le créateur du logiciel pour les récupérer. Cela ne sera pas de tout repos puisque les choses ne se dérouleront pas exactement comme prévu et que Salander sera elle-même considérée comme suspecte par les autorités.

Dans ce quatrième volet, et c’est probablement le plus gros reproche que l’on puisse faire au film, c’est que le côté autistique de Lisbeth Salander a complètement disparu. C’est un aspect de sa personnalité qui est important puisque régit son comportement. Ici, il ne reste plus « que » le côté spécialiste de la technologie et hackeuse de haut vol. C’est primordial également, mais cela fait d’elle un personnage plus lisse. Cependant, l’enfance de Salander est une nouvelle fois montrée et son histoire familiale prend une tournure satisfaisante. Le personnage de Blomkvist, essentiel dans les romans et films précédents, est aussi plutôt réduit. Il a encore un rôle à jouer bien entendu mais, le film est bien plus centré sur Liesbeth. THE GIRL IN THE SPIDER’S WEB ne se limite heureusement pas à eux puisqu’une flopée de seconds rôles sont présents, de la sœur de Liesbeth à son bras droit en passant par un agent de la NSA ou encore une agente des services secrets suédois.

L’histoire est plutôt facile mais très agréable à suivre et comporte son lot de surprises, rebondissements et scènes d’action. Il y a de la technologie, ce côté froid propre à la saga, des personnages intelligents et, parfois, imprévisibles. C’est une machine bien rodée qui fonctionne parfaitement. Bien que ce style de film ne lui donne pas l’occasion d’être aussi créatif qu’à l’accoutumée, Fede Alvarez s’en sort très bien. Il parvient tout de même à y mettre quelques fulgurances et montre de nouvelles facettes. Il donne une certaine envergure aux scènes d’action et ça c’est nouveau chez lui. Les autres départements font du très bon travail, comme celui de la photographie, grâce à Pedro Luque, ou encore de la musique de Roque Baños.

Lisbeth Salander a donc les traits de Claire Foy qui joue ici dans un registre totalement différent de ce qu’on lui connaît. Elle est convaincante et assure dans le rôle. Ce n’est pas une pâle copie de Noomi Rapace et Rooney Mara, il s’agit juste de quelque chose d’autre. A ses côtés, on retrouve tous les autres acteurs qui montent depuis deux à trois ans. C’est ainsi qu’on peut noter la présence de Sverrir Gudnason (BORG/MCENROE), Vicky Krieps (PHANTOM THREAD), Claes Bang (THE SQUARE), Sylvia Hoeks (BLADE RUNNER 2049) ou encore Lakeith Stanfield (GET OUT, SNOWDEN). Cela fait plaisir de voir tant de visages à peine connus et extrêmement talentueux dans un film de si grande envergure.

Ce nouveau MILLENIUM n’est pas aussi extrême qu’il l’aurait pu l’être. Néanmoins, c’est un très bon thriller à la James Bond avec d’excellents personnages et une mise en scène soignée voire impressionnante par moments. Fede Alvarez, que nous avions rencontré pour DON’T BREATHE, confirme tout le bien qu’on pensait de lui et on a hâte de voir ce qu’il nous réserve pour la suite. A priori, ce pourrait être une suite à DON’T BREATHE justement.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Ce jeune passionné de cinéma, formé entre autres au Festival du Film Fantastique de Bruxelles, affectionne en particulier Steven Spielberg, Terrence Malick et Alejandro Gonzalez Iñárritu. Il écume avec passion les visions de presse et les nombreux festivals belges, où il s'est déjà retrouvé juré (Brussels Film Festival, Festival du Film d'Amour de Mons, Festival du Film Policier de Liège...), tout en officiant par ailleurs pour les pages culturelles de La Libre Belgique.