Titre français: L'Anglais Qui Gravit Une Colline Mais Descendit…

Equipe:
Durée: 95‘
Genre:
Date de sortie: 30/12/1997
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

L'histoire se déroule pendant la première guerre mondiale. Deux militaires anglais, des géomètres, débarquent dans un village gallois pour mesurer l'altitude de la montagne voisine. Hélas, le résultat de leurs calculs rabaisse au rang de vulgaire colline la fierté locale. Piqués au vif dans leur orgueil de Gallois, les habitants se mobilisent pour rehausser le mont des quelques mètres manquants.

Notre critique:

Le film est servi par l’interprétation impeccable de Hugh Grant, qui est décidément excellent dans les rôles d’amoureux coincés, et par celle de Colm Meaney (THE COMMITMENTS, THE VAN) en aubergiste bourru mais au bon coeur. Le rôle féminin est assuré par Tara Fitzgerald (déjà partenaire de Hugh Grant dans SIRENS), qui joue une femme de petite vertu, chargée de retenir les anglais au village. rn

Le réalisateur Christopher Monger s’est inspiré d’une légende que lui racontait son père pendant son enfance. Il mélange avec brio la naïveté des contes pour enfants et cet humour typiquement britannique, pince-sans-rire et volontiers farfelu. THE ENGLISHMAN… est un conte aérien, teinté de poésie, qui parle avec modestie des grands sentiments. Le côté anecdotique de l’histoire est plutôt charmeur et renforce l’intérêt du film. rn

Ce dernier n’a qu’un défaut: le classicisme de la mise en scène, la simplicité des personnages, tous ces éléments rendent THE ENGLISHMAN… éphémère. Après 90 minutes de bonheur, il reste peu de choses, tout au plus la satisfaction d’avoir passé une bonne soirée… Mais peut-on en vouloir au réalisateur anglais, alors que la majeure partie de la production actuelle suinte de désespoir et de noirceur ? rn

En conclusion, ce film printanier est bien sympathique et malheureusement trop volatile. Cependant, si vous ne voulez pas vous casser la tête ou sursauter toutes les cinq minutes sur votre fauteuil, THE ENGLISHMAN… est un très bon choix.

A propos de l'auteur

Journaliste