Equipe: Anna Chlumsky, Donald Margulies, James Ponsoldt, Jason Segel, Jesse Eisenberg
Durée: 106‘
Genre: Drame
Date de sortie: 24/02/2016
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

David Foster Wallace, écrivain génial, est mort. David Lipsky, qui l’a interviewé autrefois pour le Rolling Stone magazine, lui rend un hommage appuyé...

Notre critique:

Emballé dans un gros flashback qui part de la mort de l’écrivain, THE END OF THE TOUR n’est pas vraiment une biographie au sens strict du terme. C’est beaucoup plus une confrontation de deux personnes dont l’étonnante similitude d’esprit va les conduire à d’abord s’entendre à merveille et puis à se confronter durement l’un à l’autre.

Entre l’écrivain de génie et le journaliste écrivain admiratif s’engage donc lors d’une interview un combat de coqs, principalement dû à leur côté un peu mimétique, qui ne finira pas forcément bien.

Très théâtrale, très bavard aussi, THE END OF THE TOUR repose évidemment sur la prestation des deux acteurs Jason Segel (SEX TAPE, BAD TEACHER) et Jesse Eisenberg (THE SOCIAL NETWORK, NOW YOU SEE ME) qui incarnent respectivement Foster et Lipsky. Ils parviennent à rendre plus que crédible le lent surgissement de la confrontation inévitable de ces deux êtres, et Eisenberg distille parfaitement l’évolution de son personnage depuis l’admiration jusqu’à la confrontation en passant par la jalousie.

Pour le reste, la mise en scène de James Ponsoldt se fait heureusement oublier pour laisser place aux deux personnages mais la profondeur de la relation entre les deux personnages ne comble hélas pas le vide d’un presque biopic qui n’apporte pas grand-chose dans la compréhension de l’écrivain et de son oeuvre.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...