Titre français: The disappearance of Eleanor Rigby : Her

Durée: 105‘
Genre: Drame
Date de sortie: 06/01/2015
Cotation: ** (de ooo -restez chez vous- à **** -rdv de toute urgence au cinéma)

Eleanor est sur un pont menant à Manhattan. Soudain, elle enjambe la balustrade et se jette dans l’eau. Heureusement elle est repêchée rapidement par les secours...

Ce deuxième volet de la même histoire que THE DISAPPEARANCE OF ELEANOR RIGBY: HIM  reprend donc le point de vue de Eleanor à partir de sa disparition dans l’autre film.
Et là, Ned Benson éclaire plus brillamment son sujet de base en proposant une vision plus riche que le volet précédent, plus riche parce qu’enrichie par le premier volet et par l’expérience du spectateur. A la différence du premier, il ose des flashbacks pour donner plus de passif à ses personnages, il montre avec intelligence que les points de vue de chacun sont en fait des visions subjectives (pas les mêmes scènes, pas les mêmes vêtements des personnages) et il nous embarque dans le vrai drame lié au couple.
Et le casting, Jessica Chastain en tête, alors qu’il ne change pas, se révèle du coup plus puissant, collant plus avec le quotidien et l’intensité dramatique du film.
Et l’on comprend aussi mieux la volonté de Benson d’avoir séparé les deux volets pour impliquer le spectateur à d’autres niveaux de lecture et la volonté du distributeur belge de placer les deux films l’un à la suite de l’autre pour que l’expérience soit plus conforme à ce que voulait proposer le réalisateur.
Bien que nous ne l’ayons pas vu (le distributeur ne souhaitant pas le projeter en Belgique), il est bon de savoir que Benson a également remonté ses deux films en un seul, donc plus classique, qui reprend les points de vue des deux protagonistes dans une version amputée de plus d’une heure… Il faudra attendre le DVD pour pouvoir se faire une opinion et confirmer le bon choix du réalisateur dans l’utilisation de deux films pour deux points de vue.

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou … extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains…