Titre français: La malédiction de la dame blanche

Equipe: Linda Cardellini, Michael Chaves, Mikki Daughtry, Patricia Velasquez, Raymond Cruz, Tobias Iaconis
Durée: 93‘
Genre: Film fantastique
Date de sortie: 17/04/2019
Cotation: oo (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Mexique, 1673. Dans la campagne, un jeune garçon cherche son frère, Bartolo, et sa mère avec qui il était quelques minutes auparavant. Il les retrouve non loin alors que la mère dévore Bartolo dans le lit d’une rivière.
Los Angeles, 1993. Anna travaille au département des services sociaux et est appelé pour un cas étrange...

Notre critique:

Décidément la franchise “Conjuring” (THE CONJURING, ANNABELLE, INSIDIOUS) n’en finit pas de faire des petits à gauche et à droite, abreuvant le spectateur de possessions, d’exorcismes, de maisons hantés et de tout ce que le bestiaire de ce genre peut proposer.

Malheureusement, hormis quelques films “regardables”, la majorité n’atteint pas le niveau de frayeur de leurs taglines. Et c’est une nouvelle fois le cas avec cette légende mexicaine utilisée dans THE CURSE OF LA LLORONA (La malédiction de la dame blanche en français), reliée fictivement à Annabelle par le biais d’un prêtre relatant des faits de possessions (tout est bon pour faire du placement de la franchise).

Avec la mise en scène très classique de Michael Chaves dont c’est le premier long métrage (il travaille actuellement sur THE CONJURING 3), THE CURSE OF LA LLORONA joue sur les portes qui claquent, les bruits, les stigmates, les fantômes et les poltergeist. Si avec ça, vous n’avez pas tout ce qu’il vous faut…

Pas de surprises au menu, ni d’innovation, ni de renouveau dans le genre donc, si ce n’est un ennui profond qui envahit le spectateur au fil de ce long métrage qui devrait suggérer aux producteurs de la franchise “Conjuring” d’arrêter les frais!

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...