Equipe:
Durée: 87‘
Genre:
Date de sortie:
(cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un réfugié afghan, Bâbâk, vit à Bruxelles depuis 20 ans en essayant d'oublier un passé douloureux. Il habite une pension de famille misérable que ses très modestes moyens ne lui permettent pas de payer. Un beau jour débarque Sârbân dans ce lieu insalubre, un personnage à la fois mystérieux et fascinant qui va raviver chez Bâbâk les souvenirs de sa vie afghane, surtout ceux qui ont nourri en lui tant de remords...

Notre critique:

THE CROSSING n’est pas un film facile. Découpé en plans fixes d’une lenteur empreinte de gravité, le film de la réalisatrice hollandaise Nora Hoppe requiert la participation active de l’attention du spectateur. On s’attarde sur une main qui tremble, sur un regard fuyant, sur un silence qui ne demande qu’à être rompu ou scellé à jamais. Pour qui ouvre les yeux au cinéma, cette lenteur n’est pas synonyme d’ennui. La photographie joue avec brio dans les teintes grises et ocres mouillées de pluie et confère au film une esthétique très maîtrisée. A ce titre, THE CROSSING prouve qu’il est possible de tirer de magnifiques séquences des décors bruxellois pour peu que le réalisateur fasse preuve d’imagination. On appréciera aussi les apparitions récurrentes de Sârbân en reflet que ce soit dans une flaque d’eau, la vitre d’un tram, la devanture d’un magasin, apparitions qui participent au caractère mystérieux, voire fantomatique du personnage.


Le récit se délaie par moments dans les errances de Bâbâk mais ce défaut pourrait également être considéré comme une qualité puisqu’il traduit l’inclination pour le néant d’un être perdu en lui-même. Dans le rôle de Sârbân, Johan Leysen (LE PACTE DES LOUPS, TYKHO MOON, LE ROI DANSE) apporte une solidité à toute épreuve. Envoûtant, il nous intrigue tout autant qu’il nous inquiète. Il est vraiment dommage que cet acteur de grand talent ne soit pas plus présent sur nos écrans.


THE CROSSING prouve que l’austérité d’un sujet et la rigueur d’une mise en scène peuvent déboucher sur un film passionnant à suivre, si on en accepte les règles.

A propos de l'auteur

Journaliste