Equipe:
Durée: 120‘
Genre: Film d'animation
Date de sortie: 13/08/2013
Cotation: * (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Al, l'agent de Robin Wright, fait la morale à cette dernière en lui disant qu'elle n'a jamais su faire de bons choix dans ses rôles. Soudain, la fille de Robin fait irruption dans la maison pour dire qu'Aaron, son frère, est de nouveau en train de faire une bêtise...

 

Notre critique:

Librement adapté d’un roman de Stanislas Lem, l’auteur de SF russe (SOLARIS), THE CONGRESS commence par une (fausse, était-il besoin de le dire?) attaque en règle de l’actrice Robin Wright (plus de 40 films à son actif depuis ses débuts dans le soap SANTA BARBARA) par son agent… Inutile de dire que cela sent un peu le règlement de compte avec Hollywood et son système d’agents souvent tout puissants!
Mais ici, c’est surtout le point de départ pour une réflexion sur les acteurs et le milieu du cinéma qui mène à une question cruciale: vu les moyens techniques en terme d’effets spéciaux, a-t-on encore besoin des acteurs en chair et en os? Ou peut-on se contenter d’avatar pour ces acteurs?
La question étant posée, il fallait y répondre ou tenter d’y répondre comme le fait le réalisateur Ari Folman en juxtaposant une partie en personnage réel et une partie dessin animé psychédélique années 70. Sur ce pari osé, le réalisateur délivre un film bizarrement plutôt sérieux et dont le délire finit par tendre vers une certaine confusion des genres et du contenu que le récit est censé faire passer.
Sorte de MATRIX en dessin animé, THE CONGRESS a le mérite de son originalité mais aussi le défaut de celle-ci qui rend un peu confus le message sous-jacent de l’ensemble.

 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...