Equipe:
Durée: 94‘
Genre:
Date de sortie: 27/02/2001
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Greg Berlanti s'attache aux faits et gestes d'un groupes de jeunes hommes homosexuels avec le but avoué de montrer que les préférences sexuelles nous laissent tous pareillement démunis au coeur des relations amoureuses. L'idée étant qu'avant toute chose, nous avons tous besoin du respect de l'Autre.

Notre critique:

Pour qu’une chronique soit réussie, il importe que les personnages dont on suit le quotidien soient d’une manière ou d’une autre dignes d’intérêt. Drôles, attachants, horripilants, il faut qu’ils aient de l’épaisseur. Dans la foulée, il importe également que leurs menues aventures aient un caractère remarquable, soit par une occurrence extraordinaire, soit par une justesse de ton dans la narration.

Pas de chance dans le cas présent.

Malgré ses bonnes intentions, le réalisateur-scénariste ne nous donne à suivre que des personnages bien falots et stéréotypés tout justes dignes d’un quelconque téléfilm. Les situations sont toutes pareillement convenues et balisent consciencieusement les poncifs les plus éculés (le groupe comme microcosme salvateur et castrateur; le rebelle qui se rend compte que sa rébellion cache un mal être; le noceur qui se rend compte que tout ce qui brille n’est pas or; le final où, après quelques tensions, tout le monde jure qu’il aime tout le monde à grand renfort de tape dans le dos et d’humidité au coin de l’oeil, …).

Comme l’ensemble n’est relevé ni par l’humour, ni par une mise en scène un tant soit peu inspirée, on reste poliment de marbre et l’on étouffe un bâillement.

A propos de l'auteur

Journaliste