Equipe: James Russell, Lauren Cohan, Rupert Evans, Stacey Menear, William Brent Bell
Durée: 97‘
Genre: Film d’'horreur
Date de sortie: 27/01/2016
Cotation: o (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Angleterre. Greta Evans arrive devant une imposante demeure, celle des Heelshire. Américaine, originaire du Montana, elle vient en tant que nounou s’occuper du jeune garçon de la maison, Brahms…

Notre critique:

Démarrant comme un film gothique classique (on pense d’ailleurs très vite au THE INNOCENTS de Jack Clayton), THE BOY lorgne sur beaucoup de thèmes de ce cinéma: la poupée maléfique type Chucky, la maison hantée ou encore le slasher… L’atmosphère et le suspens sont assez bien rendus et si le côté classique du film est évident, le début se laisse voir, et l’on assiste peu à peu à la plongée de Greta dans la psychose.

Après une heure, ce premier scénario de Stacey Menear prend un tournant intéressant puisqu’il fait rentrer dans la psychose de son héroïne un deuxième personnage, chose assez rare dans le cinéma d’horreur pour être signalé. Ce petit sursaut n’est malheureusement pas le signal d’une deuxième partie réussie puisque peu à peu le film s’enfonce dans des rebondissements de plus en plus prévisibles pour finir par un schéma ultra-classique et d’une banalité affligeante.

Finalement, même si on ne s’ennuie pas, la mécanique de la mise en scène de William Brent Bell (un tâcheron du film d’horreur) est tellement cousue de fil blanc -les cauchemars à répétition de Greta, la suggestion d’une présence- que même la prestation pleine de charme et de sensibilité de Lauren -Walking Dead- Cohan ne parvient pas à remonter le niveau.

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...