Equipe:
Durée: 117‘
Genre:
Date de sortie: 28/11/2000
Cotation: oo (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Un containeur de refugiés Vietnamiens morts arrive dans le port tandis que l'ambassadeur de Chine est tué. Neil Shaw se charge de déminer la situation.

Notre critique:

Steven Seagal et Jean-Claude Van Damme n’ont qu’à bien se tenir à leur statut de star des bacs vidéos, voilà qu’arrive Wesley Snipes dans une oeuvre qui prendra certainement toute sa valeur dans vos magnétoscopes.

Loin de faire dans la dentelle, THE ART OF WAR est une fiction archi-balisée, aussi excitante qu’un séminaire d’assureurs à Erps-Kwerps. Mis en boîte par un master de la vidéo, Christian Dugay (JOAN OF ARC, SCREAMERS), THE ART OF WAR est un film gauche, mal fichu. Gangrené de tics vidéo tel qu’un découpage serré et approximatif tout comme les séquences d’action qui restent fort timides. Bref, le film ne décolle jamais. Le réalisateur visiblement trop heureux de disposer de plus de biffetons qu’à l’habitude place mal ses atouts. Les plans à la luma sont légion, les ralentis sont inappropriés et l’intrigue alors là, pffff… faussement alambiquée pour s’avouer inexistante. C’est d’autant plus dommageable que visiblement la liberté dont a pu jouir ce faiseur laisse poindre le bout de son nez dans quelques instants de violence gratinée. Mais rien n’y fait, le projet est voué à l’échec dès le générique et sa séquence d’ouverture (encore un réveillon de millénaire). La gestuelle gracile de l’acteur de BLADE est sous exploitée, Michael Biehn se caricature et la musique balourde envahit l’écran.

THE ART OF WAR est l’exemple type du produit vidéo avec tous ses défauts sauf qu’ici, il viole les grands écrans…

A propos de l'auteur

Journaliste