Equipe: Emma Stone
Genre: Film d'aventures
Date de sortie: 03/07/2012
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Le jeune Peter Parker joue à cache-cache dans la maison de ses parents. Alors qu'il cherche à se cacher, il arrive dans le bureau de son père qui a été fouillé de fond en comble... En voyant cela, son père et sa mère l'emmènent sans tarder chez son oncle Ben et sa tante May avant de disparaître à leur tour.

Notre critique:

Alors que l’on sentait bien, particulièrement avec le troisième Spider-Man, que la franchise développée par Sam Raimi s’épuisait au fur et à mesure, il était temps pour les grands studios hollywoodiens d’utiliser la formule du ‘reboot’. Equivalent d’un remake, mais sur une série plutôt que sur un seul film, le reboot est une façon de redonner une chance à une franchise en fin de course.
Or donc, voici THE AMAZING SPIDER-MAN, réalisé par Marc Webb (cela ne s’invente pas!), reprise à zéro de la série pour le meilleur, semble-t-il. En orientant, ce renouveau de Spider-Man selon deux axes, les scénaristes ont en tout cas réussi à relancer l’intérêt.
Le premier axe se résume à un retour aux fondamentaux des aventures de Spider-Man: Peter Parker et la raison pour laquelle il endossera le costume de super-héros. Depuis sa piqure par une araignée génétiquement modifiée, en passant par la mort de son oncle, Peter Parker à l’instar d’un Batman ou d’un Daredevil a toutes les raisons de devenir l’araignée. Le deuxième axe est l’humour un peu décalé et pas toujours à propos de Peter Parker, l’étudiant surdoué.
Enfin, les amours compliquées de Parker-Spider-Man viennent compléter un tableau finalement assez réussi, plus proche du comics, plus orienté sur les personnages et leurs situations presque shakespeariennes qui ont fait le succès de la série. Les nouveaux interprètes, Andrew Garfield et Emma Stone, sont à la hauteur et font assez facilement oublier les anciens interprètes.
Côté effets spéciaux, il n’y a rien à redire, même si il s’agit ici d’un spider-man plus bondissant que dans le premier Sam Raimi. La 3D, bien utilisée, n’est, quant à elle, pas plus essentielle que dans pas mal d’autres films… Rendez-vous en 2014 pour la suite…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Eric Van Cutsem
Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...