Titre français: Les Aventures de Tintin: le Secret de la Licorne

Equipe: Andy Serkis, Daniel Craig, Edgar Wright, Jamie Bell, Joe Cornish, Steven Moffat, Steven Spielberg
Genre: Film d'animation
Date de sortie: 25/10/2011
Cotation: *** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

Tintin, jeune reporter, se fait croquer le portrait au marché aux puces de Bruxelles pendant qu'un pickpocket détrousse habilement quelques passants. Après avoir reçu son portrait, le reporter, alors qu'il se promène dans le marché, tombe sur une superbe maquette d'un trois mâts: La Licorne...

Notre critique:

Dès la première image, il est clair que l’on assistera à un formidable hommage à Hergé! Et jusqu’au final, ces aventures de Tintin, sous la baguette de fée de Steven Spielberg comme réalisateur et Peter Jackson comme producteur (excusez du peu!), font montre de la gigantesque admiration de ces derniers pour l’oeuvre du maître de la ligne claire.

Mélangeant très habilement « Le crabe aux pinces d’or » et « Le secret de la licorne », le récit s’axe donc autant sur la rencontre du Capitaine Haddock et de Tintin que sur une de leurs premières aventures communes, permettant ainsi au film de riches envolées et une dynamisation de l’ensemble. Si bien que THE SECRET OF UNICORN est en définitive aussi un film d’animation sans temps mort, rapide et bondissante comme l’aurait certainement apprécié Hergé.

Et le soin extraordinaire apporté à la mise en images de synthèse grâce au procédé de ‘motion capture’ d’acteurs en chair et en os est parfaitement bluffante (AVATAR en avait déjà redéfini le niveau de qualité!), redonnant finalement une forme de ligne claire épurée parfaitement mise en 3D. Et pour couronner le tout, de nombreux clins d’yeux (la houpette-aileron de requin, les vrais oiseaux lors d’un choc) viennent compléter et pimenter ce qui est le premier film d’une trilogie.

Si il est clair que le film est une réussite et drainera les foules, une ou deux (petites) réserves sont malgré tout à émettre. La première concerne la langue. Bien que l’on vous conseille toujours d’aller voir un film en version originale, il sera peut-être bon pour tous les francophones de se précipiter sur la version française qui évitera de se demander (pendant quelques secondes) qui est Snowy (Milou) ou Thomson et Thompson (les Dupond) ou quel est ce nom barbare qui semble correspondre au célèbre château de Moulinsart! La deuxième porte sur un changement minime mais toutefois bizarre (parce qu’inexplicable) de l’oeuvre d’Hergé. En effet dans la première demi-heure, Milou passe d’un stade de faire-valoir/compagnon à quatre pattes (un peu à la Idéfix) dans la bande dessinée originale à un héros pratiquement plus intelligent que son maître journaliste dans cette transposition cinéma. Amusant…

Pour le reste, foncez sans attendre voir ce premier épisode qui ne peut que nous donner envie de voir la suite plus que certainement très inspirée du Trésor de Rackham le Rouge et mise en scène par Peter Jackson himself…

Vous aimerez peut-être:

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef/Journaliste

Journaliste indépendant dès 1989 qui, depuis cette époque, se pose toujours la question de savoir si il est journaliste, informaticien, biologiste ou ... extra-terrestre. Peut–être un peu tout ça pensent certains...