Equipe:
Durée: 93‘
Genre:
Date de sortie: 08/04/1997
Cotation: ** (cotations de « ooo » -restez chez vous- à « **** » -rdv de toute urgence au cinéma)

Si vous avez manqué le début:

L'hôtel George VII à Paris sert de lieu de rencontre à divers personnages tels qu'un SDF avec son chien, un SDF qui suit l'actualité, une pute de luxe, l'ex-femme du SDF avec son chien, le directeur de l'hôtel un peu mafieux qui emploie la pute de luxe, le concierge de l'hôtel qui est constamment sur les nerfs à cause de son directeur, le gouverneur de l'Iowa qui est l'actuel mari de l'ex-femme du SDF avec son chien, le maître-d'hôtel-espion pour le directeur qui a peur de l'audit, le même SDF avec son chien que l'on prend pour ledit audit, le garde du corps du gouverneur de l'Iowa, l'éleveur de poules de Vesoul qui a joué au foot avec le gouverneur quand ils étaient mômes...

Notre critique:

Deuxième film, deuxième réussite. Après TOMBES DU CIEL, Philippe Lioret s’attaque au vaudeville. Mais pas le gras, le lourd avec des guili-guilis sous les bras. Ça, il le laisse bien volontiers à Gérard Oury (exception faite de LA GRANDE VADROUILLE). TENUE CORRECTE EXIGEE tient plutôt du vaudeville à caractère social, le tout en finesse, évidemment. Nous n’assistons pas à une descente au drapeau. Le message concernant la fracture sociale est ici présent sans être jamais écrasant.

Ah… qu’il aime ses personnages Monsieur Lioret! Il les aime tellement qu’il leur fait plein de cadeaux. Chaque rôle est gratiné de répliques qui volent bas, certes, mais qui marquent des points. Par moment, on se sentirait presque revenu en période de guerre irakienne, assistant béatement (et en baissant la tête) à un « échange » de Skud et de Patriot. Mais ce n’est pas avec les bons mots que Lioret leur met en bouche que les acteurs arrivent à se sortir des situations dans lesquelles il les flanque (on vous a dit qu’il les aimait). Leur jonglerie verbale ne prédominera pas le déroulement de l’histoire. Ce qui devra être fait, le sera!

Le paraître, l’égoïsme, les SDF, le milieu hôtelier (et l’on sait de quoi on parle!) et ses « subtilités », le fric et ceux qui n’en ont pas mais qui pourraient en avoir, ceux qui en ont et qui ne savent pas trop bien quoi en faire et puis ceux qui en ont et qui en veulent toujours plus. L’ensemble très agréablement ficelé par un réalisateur qui dénonce sans jamais ennuyer. On en redemande!

A propos de l'auteur

Journaliste